Paris : le Quartier du Marais

Vous etes ICI : Accueil > France > Paris > le Marais 
 
 
La Place des Vosges
La Place des Vosges
 
Le Quartier du Marais à Paris a une longue histoire. Aprés une période faste au XVIIème et dans la première partie du XVIIIème siècle, il est abandonné par les propriétaires nobles et bourgeois au moment de la Révolution Française. Au début du XIXème siècle il est investi par des ateliers, appentis et constructions précaire qui détériorent le patrimoine monumental, cette situation se prolonge jusqu'au milieu du XXème siècle.
En 1960, André Malraux, qui est le Ministre de la Culture, lance une grande opération de rénovation du Marais. Les édifices intéressants sont réhabilités avec beaucoup de soin et en retrouvant leur architecture et aménagements originels.
Tout le quartier en est revivifié, une nouvelle population vient y habiter, une ambiance spécifique se crée qui contribue au développement de nouvelles activités (restaurants, galeries d'art,...). Le résultat en est un quartier intéressant avec la magnifique Place des Vosges et de nombreux Hôtels particuliers transformés en Musées ou espaces culturels et donc ouverts à la visite.
Dans la partie Sud du Marais se trouve le Quartier Saint Paul qui mérite une belle promenade.
 
Histoire du Marais   Place des Vosges   Hôtel des Tournelles   Hôtel de Soubise   Hôtel de Rohan
 
  Hôtel Carnavalet   Hôtel Lamoignon   Hôtel Sully   Hôtel Salé   Hôtel Donon   Hôtel d'Albret
 
  Hôtel Guénégaud   Hôtel Libéral Bruant   Hôtel de Beauvais
 
  Quartier Saint Paul   Hôtel de Sens   Hôtel Aumont   Eglise Saint Paul-Saint Louis
 
  Saint Vincent de Paul   Place du Marché Sainte Catherine   Place de la Bastille

 
Guides Touristiques et Livres sur Paris et l'Île de France
 


     Avec Google


Plan de Paris
Visite de Paris
Accueil Paris    Plan de Paris: liste des sites à visiter   

Champs Elysées - Concorde    Tour Eiffel et 7° arrondisst    Le Louvre   Ile de la Cité

Notre Dame   St Germain des Prés   Luxembourg   Quartier Latin   Montparnasse

Opéra & Grands Boulevards  Halles, Chatelet, Hotel de Ville    Marais   Bastille & Bercy

Montmartre    Chateau de Versailles   

Histoire de Paris: Paris et les Guerres de religion à la fin du XVIe siècle

Livres et Guides sur Paris et l'Ile de France





Réservez votre Hotel autour du Marais                           Hôtels à Paris     Hôtels par Quartiers et Arrondissements    
Le Marais   Pont Marie   Saint Paul   Bastille  Place des Vosges   Temple  
Chemin Vert   Filles du Calvaire   Arts et Métiers   Rambuteau   Hôtel de Ville   Chatelet Les Halles  


Histoire du Marais

Au temps préhistoriques, la Seine décrivait une large boucle au pied des collines, elle passait au niveau des actuelles places de la Bastille et de la République, au début de notre ère cette partie de Paris était recouverte par un marais, d'où son nom. L'actuelle rue Saint Antoine, surélevée pour être à l'abri des crues, est depuis l'époque Gallo-Romaine la route de Paris à Melun. Au Moyen-Age, la zone du Marais est une dépression inondable. Dès le XIIème siècle, des Moines mettent en culture la zone et assèchent les marais. A la fin du siècle le rempart édifié à la demande du Roi Philippe II Auguste fait également office de digue de ce côté. Au XIVème siècle, l'enceinte de Charles V élargit le périmètre de Paris et la partie Est de la ville est protègée par la puissante Bastille. Charles V ne sent plus en sécurité dans son Palais de l'île de la Cité, il s'établit à l'Hôtel Saint Paul, entre la rue Saint Antoine et la Seine (il reside également au Louvre à l'Ouest de Paris). A partir de ce moment de nombreux grands Seigneurs installent leurs résidences dans cette partie de Paris. Ils sont suivis au XVIème siècle par de nombreux membres de la noblesse de robe. Plan du Marais
Au XVIIème siècle, la surface du Marais était délimitée par les boulevard Beaumarchais et Filles du Calvaire, l'Enclos du Temple, la rue Beaubourg et la rue Saint Antoine. Au XIXème siècle, l'appellation de Marais s'applique également à la partie comprise entre la rue Saint Antoine, l'Hotel de Ville et la Seine.
Henri IV réactive ce quartier avec la construction de la Place des Vosges qui est inaugurée en 1612. Pendant le règne de Louis XIII, le Marais devient le quartier aristocratique de Paris. De nombreux grands Seigneurs et Marchands se font construire de beaux hotels particuliers à partir des années 1620. L'architecture de ces bâtiments est relativement homogène. Un grand portail donne d'un côté sur la rue, de l'autre sur une cour au fond de laquelle se situe le bâtiment d'habitation. Tous ces hôtels ont accueilli la meilleure société de l'époque, c'est là que vivait les salons littéraires avec la présence des principaux auteurs Français: Descartes, Corneille, Pascal, Molière, Mesdemoiselles de Scudéry, ... Madame de Sévigné est née dans le Marais et a habité à de nombreux endroits et principalement dans l'Hôtel Carnavalet. On trouvait également dans le Marais de nombreux couvents comme ceux des Carmélites, des Ursulines, des Bénédictines, des religieuses de la Visitation, ....
Ce sont surtout les beaux hotels particuliers qui caractérisent le Marais. Dés le Moyen-Age l'Hotel Saint Pol et l'Hotel des Tournelles sont des résidences Royales. Il reste de cette époque l'Hotel de Sens qui date de la fin du XVème siècle mais dont la restauration est discutable. La grande époque du Marais est le XVIIème siècle, c'est là qu'ont été construits la plupart des hôtels.
Au début du XVIIIème siècle, la ville se développe à l'Ouest et l'aristocratie suit le mouvement, c'est le moment de la création de la Place Vendôme, du faubourg Saint Honoré et surtout du faubourg Saint Germain. Les hôtels sont alors occupés par une bourgeoisie calme et tranquille, loin du mouvement, le quartier perd son animation. Au XIXème siècle, le Marais est investi par les artisans et commerçants, ils s'installent dans les hotels désertés par leurs occupants antérieurs, les salons accueillent des ateliers, des hangars s'établissent dans les jardins. En plus la population s'y concentre et même s'y entasse, bientôt le quartier devient quasiment insalubre. Beaucoup d'hotels ont été défigurés et certains démolis. Ce n'est qu'au début du XXème siècle que la prise de conscience de la qualité des édifices fait bouger les choses. Des personnes privées engagent la restauration de l'Hôtel des Ambassadeurs de Hollande et de l'Hôtel Guénégaud. le relais est pris par l'Etat Français, il entreprend la restauration des principaux hôtels survivants comme l'Hôtel de Rohan, l'Hôtel de Soubise, l'Hôtel de Sully, ....







La Place des Vosges

La Place des Vosges
La Place des Vosges et ses beaux immeubles du XVIIème siècle

La Place des Vosges (son nom initial est la Place Royale) se situe dans l'Est de Paris près de la Place de la Bastille. Elle a été édifiée à l'initiative du Roi Henri IV sur le site de l'ancien Hotel des Tournelles qui avait été détruit par Catherine de Médicis à la fin du XVIème siècle. La réalisation de cette place a lancé la rénovation de tout le quartier qui l'entoure: le Marais. La Place des Vosges est la plus ancienne de Paris, comme la Place Vendome, elle présente une belle harmonie d'ensemble. Le Pavillon du Roi au fond de la rue de Birague

Le plan de la place est l'oeuvre d'Androuet du Cerceau et de Claude Chastillon. Les travaux sont achevés en 1611 et la place est inaugurée en 1612 à l'occasion des doubles fiancailles du Dauphin Louis (futur Louis XIII) avec Anne d'Autriche, Infante d'Espagne et celles de sa soeur Elizabeth avec le futur Roi Philippe IV d'Espagne. Le Roi Henri IV a souhaité une uniformité des constructions avec un assemblage de briques et de pierres de taille, la couverture est, elle, en ardoises. L'architecture est originale, sous les arcades des galeries de boutiques entourent la place, elles proposent leurs marchandises aux passants, et au centre un terre-plein permet manifestations et fêtes. Henri IV s'est réservé le Pavillon qui donne acés à la place par la rue de Birague (cf photo ci-contre), du côté de la place on y trouve le profil du Roi en médaillon. Le Pavillon de la Reine lui fait face de l'autre côté de la place. A cette époque la Place Royale est un espace clos avec des portes sous les grands pavillons au Nord et au Sud et une autre à l'angle Nord-Est sous le pavillon qui a disparu, rue du Pas de la Mule, pour ouvrir le passage. Il est remarquable qu'elle ait réussi à traverser les siècles sans autre modification significative.

La Place Royale devient vite l'endroit à la mode de Paris d'autant que les nombreux Hotels particuliers du Marais sont tout proche. Les 36 immeubles sont occupés par la meilleure société Parisienne: grands aristocrates et riches bourgeois. Madame de Sévigné est née à l'Hôtel de Coulanges (n° 1bis), mais y séjournent également les Princesses de Rohan et de Guéménée, les Duchesses de Duras et de Boufflers, etc. La place est au coeur du nouveau quartier chic de Paris, le Marais qui s'enrichit de beaux hôtels particuliers. En 1639 Richelieu fait placer la statue équestre de Louis XIII au centre de la place, une réalisation de Pierre Biard (pour le Roi) et de Daniel de Volterra, élève de Michel-Ange, (pour le cheval). A la fin du XVIIème siècle, les riverains font poser une grille avec des médaillons dorés à l'effigie de Louis XIV.
La Maison de Victor HugoDans le courant du XVIIIème siècle, le quartier et la place ne sont plus à la mode. Les aristocrates rejoignent de nouveau quartiers à l'Ouest de Paris comme le Faubourg Saint Germain. La population du Marais devient plus mélangée. Lors de la Révolution Française, la statue de Louis XIII est renversée. En 1818, elle est remplacée par une réplique des sculpteurs Cortot et Dupaty.
En 1800, sous le Consulat, elle prend le nom de Place des Vosges pour honorer les citoyens de ce département qui payaient leurs impôts les plus rapidement de tous. Elle a conservé ce nom jusqu'à nos jours.


La Maison de Victor Hugo
Elle se situe à l'angle Sud-Est de la place. A l'origine cet édifice est l'ancien Hôtel de Rohan-Guéménée, le plus bel immeuble de la Place des Vosges (cf photo ci contre).
Victor Hugo, un des plus grands écrivains Français, a habité le 2° étage de cette maison de 1832 à 1848. C'est là qu'il a écrit la majeure partie de son grand roman: Les Misérables. Le Musée Victor Hugo présente une reconstitution des pièces où il a vécu. De nombreux objets aident à rappeler les moments importants de sa vie.


 


Hôtel des Tournelles

La Place Royale ( puis des Vosges) a été réalisée sur l'emplacement du terrain et des jardins de l'ancien Hôtel Royal des Tournelles, celui-ci a été démoli en 1563. Catherine de Médicis ne voulait plus vivre à l'endroit où son mari était mort en juillet 1559.
L'Hôtel des Tournelles a été construit à l'initiative de Pierre d'Orgemont, Chancelier de France, à partir de 1388. Il se situait dans la partie Nord de l'actuelle Place des Vosges. C'était une grande résidence dont les jardins étaient entourés d'un mur garni de nombreuses petites tours, d'où le nom de Tournelles. En 1404, il devient la propriété de Louis d'Orléans, le frère du Roi Charles VI. A la mort de Louis, en 1407, assassiné par le Duc de Bourgogne, Jean sans Peur, l'hôtel des Tournelles est mis dans le domaine de la Couronne. Charles VI s'y installe à la fin de son règne, ses successeurs l'utilisent quand ils sont à Paris, ainsi Louis XII y est mort le 1° janvier 1515. En 1559 a lieu le dramatique Carroussel du 30 juin qui provoque la mort du Roi Henri II. Catherine de Médicis prend l'hôtel en horreur et le fait démolir en 1563. On installe à sa place un Marché auc Chevaux, c'est là qu'a lieu, en avril 1578, un duel célèbre entre trois mignons du Roi Henri III, Caylus, Maugiron et Livarot, contre trois fidèles du Duc de Guise, Entragues, Ribérac et Schomberg.

Le Carroussel du 30 juin 1559
Un grand carroussel est donné le 30 juin 1559 par le Roi Henri II en l'honneur du mariage de sa soeur Marguerite ave le Duc Philibert-Emmanuel de Savoie et celui de sa fille Elizabeth avec Philippe II, Roi d'Espagne. Il a lieu sur le Cours Saint Antoine, devant l'actuel Hôtel de Sully. Pendant le tournoi, le Roi est mortellement blessé par un coup de lance du Capitaine de sa Garde Ecossaise, Gabriel de Montgomery. Henri II est transporté à l'Hôtel Royal des Tournelles où il meurt aprés dix jours d'agonie et de souffrances en dépit de l'intervention de son médecin, Ambroise Paré.
Montgomery est d'abord enfermé à la Conciergerie, puis il est libéré et se réfugie alors en Angleterre. Il revient en France pour combattre avec les Protestants lors des Guerres de Religion. Fait prisonnier, il est condamné à mort et exécuté en 1574 à la demande de Catherine de Médicis.



Librairie sur Paris et l'Île de France


Paris - Tous les plus beaux monuments
de Guide Voir -    ISBN : 2012443745

Le guide Voir Paris accompagne votre visite des monuments emblématiques ainsi que des sites plus secrets. Il est indispensable pour les touristes Français et Etrangers, comme aux Parisiens curieux d'en apprendre toujours davantage sur leur ville.
Grâce à de spectaculaires dessins en 3D, découvrez autrement l'architecture du Centre Pompidou ou du Sacré-Cœur.
Grâce à des itinéraires de promenade, laissez-vous guider dans des quartiers pleins de charme : Butte-aux-Cailles, île Saint-Louis, canal Saint-Martin…
Profitez pleinement des attractions de la Ville lumière grâce à nos bonnes adresses : restaurants, boutiques, théâtres…


Guide Voir plus ancien:   Paris (2002)


Guide Michelin 2012 Paris     

Guides Lonely Planet
Paris     Paris Branché     Paris (en Anglais)    

Guides du Routard
Paris     Paris Balades     Week- end à Paris     Restos et bistrots de Paris     Le Routard des amoureux à Paris     Paris la nuit

Guides Gallimard
Paris      Paris secret      Le Louvre      La Seine en Ile de France

Guides Verts (Michelin)
Paris      Île-de-France : Chartres Chantilly Compiègne

Guides Bleus
Paris

D'autres livres sur Paris et l'Ile de France


Autres Guides Touristiques          Librairie de FranceBalade


Hôtel de Soubise

Hôtel de Soubise, les Archives Nationales
Hôtel de Soubise, les Archives Nationales

L'Hôtel de Soubise se situe au 60 rue des Francs Bourgeois dans le 3° arrondissement. Il a été précèdé par l'ancien Hotel de Clisson. Celui-ci a été construit de 1372 à 1375 sur un terrain possèdé auparavant par les Templiers, il est devenu le manoir d'Olivier de Clisson, Connétable de France et Compagnon d'armes de du Guesclin. L'entrée au 58 rue des Archives est toujours appelée Porte Clisson, avec ses deux tourelles elle est l'un des rares témoignages Parisien de l'architecture du XIVème siècle. Au XVIème siècle ce manoir devient la propriété des Ducs de Guise, il est leur quartier général dans Paris pendant les Guerres de Religion.
En 1700, François de Rohan, Prince de Soubise, acquiert l'hôtel. Il le fait reconstruire par Delamair de 1705 à 1709, les décorations sont réalisées par Germain Boffrand, un élève de Jules-Hardouin Mansart. Boffrand coordonne un ensemble d'artistes connus: Boucher, Natoire, Restout, Van Loo. On y retrouve encore les pièces telles qu'elles étaient au XVIIIème siècle, elles permettent d'imaginer le mode de vie du XVIIIème siècle. Ainsi le Salon Ovale décoré par Natoire est une bonne illustration du style rocaille. L'ensemble constitue une splendide résidence.
Il est racheté par l'Etat au début du XIXème siècle et Napoléon I l'affecte aux Archives Nationales. L'hôtel de Soubise accueille également le Musée de l'Histoire de France

Les Archives Nationales
Les Archives Nationales ont été crées le 7 septembre 1790, lors de la Révolution Française. Leurs premiers objectifs a été de conserver les archives de la nouvelle Assemblée Nationale, de rassembler celles des anciennes administrations de la monarchie et enfin de faciliter la vente des Biens Nationaux. Ses attributions sont précisée 4 ans plus tard, le 25 juin 1794 (7 messidor An II), elles doivent centraliser les archives de la Nation en créant un réseau approprié sur le territoire Français.
Le Centre Historique des Archives nationales occupe les Hôtels de Soubise et de Rohan, il conserve les Archives de la France depuis les Mérovingiens jusqu'en 1958. Aux archives d'Ancien Régime se sont ajoutées au fil des siècles les Archives des administrations centrales de l'Etat, les minutes des notaires parisiens et des archives privées.

Le Musée de l'Histoire de France
Le Musée occupe deux étages de l'Hotel de Soubise. Au rez de chaussée, une salle est consacrée au Moyen-Age. Les documents sont présentés selon la chronologie, ils portent sur l'histoire du Vème au XVème siècle et reconstituent l'unification du Royaume de France ainsi que le développement des institutions de la monarchie et l'évolution de la société médiévale.
Pendant les Guerres de Religion, la Salle des fonds, au premier étage, a été le Quartier Général de la Ligue. Celle-ci avait chassé le Roi Henri III et pris le contrôle de Paris.
En savoir plus sur l'Histoire de France


Hotel de Rohan: les Chevaux de feu

Hôtel de Rohan

L'Hôtel de Rohan se situe au 87 rue Vieille du Temple dans le 3° arrondissement. Il est connexe à l'Hotel de Soubise. Il a été construit à partir de 1705 par Delamair, simultanément à la transformation de ce dernier. Il était destiné à un fils du Prince de Soubise, Armand, qui est devenu Cardinal de Rohan et Prince-Evêque de Strasbourg. Quatre Cardinaux de Rohan et Evêques de Strasbourg ont vécu successivement dans cet hôtel jusqu'à la disgrâce du dernier pendant l'Affaire du Collier de la Reine en 1751.
Plus tard, l'Empereur Napoléon I l'a affecté à l'Imprimerie Nationale. En 1927 il contribue à l'agrandissement des Archives Nationales. C'est là qu'est établi le Minutier central des Notaires.

Une pièce de cet hôtel est demeurée en l'état, il s'agit du Cabinet des Singes. L'hôtel était également doté de trés belles écuries, l'entrée de celles-ci est surmontée d'un haut-relief de Robert Le Lorrain: les Chevaux de feu, que l'on voit sur la photo ci-contre. Les serviteurs d'Apollon pansent et abreuvent les chevaux aprés leur course.




 






Hotel Carnavalet

Hôtel Carnavalet
Hotel Carnavalet, statue de Louis XIV par Coysevox
L'Hôtel Carnavalet se situe à l'angle de la rue de Sévigné et de la rue des Francs-Bourgeois, il a une entrée sur chacune de ces rues. Il a été construit en 1548 par Pierre Lescot pour Jacques de Ligneris, Président au Parlement de Paris. Il est acquis ensuite par la veuve du Sire de Kernevenoy qui est une amie de la Reine Margot (Marguerite de Valois). Le Sire de Kernevenoy était le tuteur de Henri III enfant. Le nom de l'hôtel est une déformation de celui des propriétaires, il devient Carnavalet.
Le portail principal est de cette époque (XVIème siècle) ainsi que les Lions et la clef de vôute (l'Abondance) de l'entrée qui sont des réalisations de Jean Goujon. En 1655, l'hôtel est restauré et transformé par François Mansart qui lui donne l'aspect que nous voyons actuellement. De 1677 à 1696, l'hôtel est loué par Madame de Sévigné, il passe ensuite à des financiers et riches bourgeois. Sous la Restauration il accueille l'Ecole des Ponts et Chaussées. Enfin il est affecté à un musée dédié à l'Histoire de Paris.
En 1866, le Baron Haussmann incite la ville de Paris à acquérir cet édifice pour y entreposer des éléments décoratifs issus des maisons démolies dans les grands travaux du réaménagement de Paris. Par la même occasion l'hôtel est agrandi.
 
Dans l'entrée la statue de Louis XIV est de Coysevox (cf photo ci-contre), elle était jadis à l'Hotel de Ville.
 
Musée Carnavalet
L'Hôtel Carnavalet et l'Hôtel Le Peletier de Saint Fargeau sont associés pour accueillir le Musée de l'Histoire de Paris. Ce musée comprend deux parties: la période allant des origines à 1789 est présentée à l'Hôtel Carnavalet, la période allant de la Révolution Française à nos jours est présentée dans l'Hôtel Le Peletier de Saint Fargeau.
 
Hôtel Le Pelletier de Saint Fargeau
Cet hôtel se situe au 29 rue de Sévigné dans le 4° arrondissement. Il a été construit par Pierre Bullet de 1686 à 1690 pour l'Intendant des Finances Michel Le Pelletier de Souzy qui, en 1691, succède à Louvois à la Direction des Fortifications. L'hotel passe ensuite à son fils, puis à son arrière-petit-fils Louis Le Pelletier de Saint Fargeau, député de la noblesse aux Etats Généraux de 1789. Il devient membre de la Convention, il vote la mort de Louis XVI le 17 janvier 1793. Le 20 janvier Le Pelletier est assassiné au Palais Royal par un ancien garde du corps de Louis XVI.

 


Hotel de Marle, façade sur la cour

Hotel de Marle


L'Hotel de Marle se situe au 11 rue Payenne, il s'appelle aussi Hôtel de Polastron-Polignac. Il a appartenu à la Comtesse de Polignac, Gouvernante des enfants de Louis XVI et de Marie-Antoinette d'Autriche.


Il est aujourd'hui le siège du Centre Culturel Suèdois.










 


Hotel Lamoignon

Hotel Lamoignon

L'Hotel Lamoignon se trouve rue Pavée dans le IVème arrondissement, c'est un des hôtels particuliers les plus anciens du Marais. Il s'appelait à l'origine Hôtel d'Angoulême, c'est en effet Diane de France Duchesse d'Angoulême, fille légitimée d'Henri II, qui l'a fait construire en 1585 par Jean-Baptiste Androuet du Cerceau. En 1619 l'hôtel passe à son neveu, Charles de Valois. La veuve de celui-ci loue une partie de son hôtel à Guillaume de Lamoignon, Premier Président du Parlement de Paris. Celui-ci anime dans son logis un salon littéraire de qualité avec Madame de Sévigné, Boileau, Racine, Bourdaloue, .... Son fils, Jean-Chrétien, achète l'hôtel et il y constitue une bibliothèque trés riche avec de nombreux manuscrits et estampes.

L'édifice avait l'allure d'un chateau, de grands pilastres corinthiens marquait la façade sur la cour. Un grand jardin s'étendait devant la façade arrière (cf photo ci-contre). On retrouve des sculptures de Diane chasseresse traduisant la passion de Diane de France pour la chasse.

A partir de la Révolution Française, l'hôtel Lamoignon subit le sort commun de nombreux hôtels du Marais. Il est occupé par des commerces, des ateliers, des etablissements d'éducation. Son agencement et son décor disparaissent. Au XIXème siècle une partie est loué par Alphonse Daudet. En 1928, quasiment en ruines, il est racheté par la ville de Paris. Il a été restauré et accueille maintenant la Bibliothèque historique de la Ville de Paris.


Vue de la façade arrière de l'hôtel Lamoignon


 


Hotel de Sully

Hôtel de Sully
Façade Nord de l'Hôtel de Sully

L'Hôtel de Sully a été construit entre 1624 et 1629 sur des plans de Jean I Androuet du Cerceau pour le Contrôleur Général des Finances du Royaume de France, Mesme Gallet. Il a un deuxième bâtiment et un jardin donnant sur la Place des Vosges. Il a été réalisé en pierre de taille. Gallet, qui a beaucoup perdu au jeu, le vend rapidement, il change trois fois de propriétaire en huit ans.
En 1634, l'hôtel est racheté par l'ancien ministre de Henri IV, Maximilien de Béthune Duc de Sully (il a alors 75 ans), d'où le nom qui est donné à l'hôtel. Sully y séjourne pendant les dernières années de sa vie. En 1660, son petit fils, dont le prénom est également Maximilien, ajoute une aile complémentaire sur le côté Ouest. Puis il est vendu et devient au XIXème siècle un immeuble de rapport, il est découpé en morceaux qui sont loués et transformés en habitations, commerces, ateliers, ... La disposition ancienne des appartements est perdue.
L'édifice est classé monument historique en 1862, il est partiellement remis en état, néanmoins sur la rue Saint Antoine des petits magasins ont subsisté au rez de chaussée jusqu'au milieu du XXème siècle. L'Etat Français en est devienu propriétaire en 1944 et en a entrepris la restauration dans les années 1950. Depuis 1967 il accueille la Caisse Nationale des Monuments Historiques devenue en 2000 le Centre des Monuments Nationaux.
L'entrée de l'hôtel donne sur la rue Saint Antoine, deux pavillons imposants encadrent le portail. La cour dhonneur est pavée, au fond se situe le logis principal, sur le côté se trouve les locaux de service et anciennement les écuries. Ce logis possède un bel escalier central. En passant de l'autre côté de ce bâtiment on arrive dans un jardin au fond duquel se trouve un bâtiment surnommé le petit Sully (cf photo ci-dessous), il est de style classique.
Hôtel de Sully: le petit Sully
Hôtel de Sully: le petit Sully





L'Hôtel Salé

Hotel Salé (Musée Picasso)


L'Hotel Salé se situe 5 rue de Thorigny, il a été construit par l'architecte Jean Boullier entre 1656 et 1659 pour Pierre Aubert de Fontenay. Comme celui-ci avait fait fortune en percevant l'impôt sur le sel (la gabelle), l'hôtel a été nommé Salé. Il devient ensuite le siège de l'Ambassade de Venise auprés du Roi de France. Juste avant puis pendant la Révolution Française il est la résidence de Leclerc de Juigné, archevêque de Paris.
 
Pendant la Révolution l'hôtel est saisi comme Bien National et vendu, il est loué à l'Ecole Centrale des Arts et Manufactures puis plus tard à l'Ecole des Métiers d'Arts. Le bâtiment est acquis par la ville de Paris en 1964, en 1976 il accueille le Musée Picasso, c'est la plus importante collection d'oeuvres de Picasso.

Vue de la façade sur le jardin de l'Hôtel Salé



 
Le Musée Picasso
Pablo Picasso est né à Malaga, dans le Sud de l'Espagne, en 1881. Il arrive en France en 1904 et s'établit d'abors à Paris (Montmartre, Mont parnasse), puis descend sur la Côte d'Azur. Il séjourne en particulier à Vallauris, Antibes, Mougins où il meurt le 8 avril 1973 à 92 ans. Ses héritiers cèdent de nombreux tableaux et sculptures à l'état Français pour payer les droits de succession. Ce sont ces oeuvres qui sont exposées dans le Musée Picasso de l'Hotel Salé, il y a plus de 200 tableaux, plus de 150 sculptures et plus de 3000 gravures ou dessins. De nombreuses oeuvres, c'était la collection personnelle de l'artiste, n'avait jamais été exposées avant leur présentation dans ce musée.



L'Hôtel Donon

Hotel de Donon (Musée Cognacq-Jay)


L'Hotel de Donon se situe 8 rue Elzévir dans le 3° arrondissement. Il a été construit initialement en 1575 pour Médéric de Donon, Sieur de Châtres en Brie, Contrôleur Général des Bâtiments du Roi. Il avait épousé Jeanne della Robbia, la fille du sculpteur Italien Girolamo. L'édifice, en particulier sa façade a été remanié au XVIIIème siècle, mais l'essentiel du bâtiment est toujours d'origine. Il a une allure austère, sans décoration (cf photo ci-contre). La charpente des combles est remarquable.


Musée Cognacq-Jay
Ernest Cognacq et Louise Jay sont les fondateurs du grand magasin la Samaritaine. Devenus trés riches, ils constituent une collection de meubles et d'oeuvres d'art du XVIIIème siècle. La ville de Paris devient propriétaire de cette collection en 1928, elle l'expose dans ce Musée installé dans l'Hotel Donon. On y trouve des oeuvres des Français Boucher, Chardin, Fragonard et Watteau, des Italiens Guardi et Canaletto et de l'Anglais Reynolds. La collection de meubles du XVIIIème est remarquable. Plus original, on y trouve aussi une collection de tabatières rares.





 


L'Hôtel d'AlbretL'Hôtel d'Albret

Hotel d'Albret

L'Hotel d'Albret a été construit en 1650, c'est le Connétable Anne de Montmorency qui en a posé la première pierre. A la fin du XVIème siècle, l'hôtel est vendu à plusieurs reprises puis il devient la propriété de Henri de Guénégaud qui le fait transformer par François Mansart. Henri de Guénégaud le cède ensuite à son beau-frère César-Phoebus d'Albret qui donne son nom à l'hôtel.

En 1700 l'architecte Vautrain réalise la façade qui donne sur la rue des Francs-Bourgeois (cf photo de gauche).

A la fin du XVIIIème siècle l'hôtel subit le même sort que la plupart de ses homologues, il est transformé en un atelier qui fabrique des luminaires.

Racheté par la ville de Paris, il est restauré et en 1989 est devenu le siège de la Direction des Affaires Culturelles de la Mairie de Paris.
 





L'Hôtel de Guénégaud

Hotel de Guénégaud

L'Hotel de Guénégaud se situe au 60 rue des Archives. Il a été construit par François Mansart en 1648 pour Jean-François de Guénégaud, Maitre des Comptes. En 1703, l'hôtel est vendu à Jean Romanet, Fermier Général, il fait recomposer et décorer l'intérieur.
Mais au XIXème siècle, l'hôtel part à la dérive et il est dans un état lamentable quand la ville de Paris le rachète en 1961. La restauration du bâtiment est alors entreprise, elle est achevée en 1967.
Le style sobre de François Mansart apparait bien sur les deux façades de l'édifice, l'escalier central est également remarquable.

L'Hôtel de Guénégaud accueille un Musée de la Chasse et de la Nature. L'exposition comporte des Dessins et Peintures de Monet, Rembrandt et Rubens, des animaux naturalisés avec réalisme, des arquebuses et arbalètes des XVIème et XVIIème siècles ainsi qu'un ensemble d'armes de chasse allant du XVIème au XIXème siècles.


 


L'Hôtel Libéral Bruant

Hotel Libéral Bruant

L'Hotel de Libéral Bruant est situé 1 rue de la Perle, prés de la Place de Thorigny. Il a été construit entre 1683 et 1685 par l'architecte Libéral Bruant qui en a fait sa résidence, cette opération se situait dans le cadre d'une restructuration immobilière allant du 1 au 11 rue de la Perle. Cet architecte est surtout connu pour avoir construit les Invalides qui se situent dans le 7° arrondissement de Paris.
A la mort de Libéral Bruant, l'hôtel est loué par le Mathématicien Guillaume de L'Hospital puis vendu en 1711. Il est occupé par l'Ecole des Ponts et Chaussées juste avant la Révolution Française. Le bâtiment acceuillent alors des commerces et ateliers, il se dégrade. Il est racheté en 1965 par la Société Bricard, spécialisée dans les serrures de sécurité. Celle-ci y installe un Musée de la Serrure

Façade de l'hôtel Libéral Bruant, remarquez l'alternance des fenêtres cintrés et rectangulaires. Les niches contiennent des statues d'Empereurs Romains.



Musée de la Serrure
L'Hotel Libéral Bruant accueille un Musée de la Serrure avec une collection de clés et de serrures remontant à l'époque Gallo-Romaine pour aller jusqu'à la Belle Epoque (début du XXème siècle).





 


Hotel de Beauvais

Hotel de Beauvais

L'Hotel de Beauvais se trouve rue François Miron dans le 4° arrondissement. Cet hôtel particulier a été édifié par Antoine Le Pautre pour Catherine Bellier (Madame de Beauvais), première femme de chambre d'Anne d'Autriche, la mère de Louis XIV. Monsieur de Beauvais était Contrôleur Général des Finances. Sur un terrain réduit et compliqué l'architecte a réussi à réaliser un bâtiment original. L'hôtel s'élève sur des soubassements gothiques. La façade donne directement sur la rue avec un balcon cintré au dessus de la grande porte, il est encadré de trois hautes fenêtres. Les sculptures de cette façade ont disparu. Les arcades du rez de chaussée servait de boutiques. A l'intérieur, le vestibule comporte huit colonnes doriques, les frises sont ornées de têtes de lions et de béliers (évocation du nom de jeune fille de la propriétaire). Le plan de la cour a été imposé par la forme du terrain disponible, la disposition parvient à donner l'impression d'une surface plus grande qu'elle n'est en réalité.
L'Hôtel de Beauvais a été inauguré en 1660 à l'occasion de l'entrée de Louis XIV et de sa jeune épouse, Marie-Thérèse, dans Paris. Anne d'Autriche et la Reine d'Angleterre s'étaient installés au balcon pour voir passer le couple Royal, à côté se trouvaient Mazarin et Turenne et de nombreux hauts personnages de la Cour. En 1763, l'hôtel était loué par l'Ambassadeur de Bavière en France. Il y a accueilli pendant cinq mois Mozart, accompagné de son père et de sa soeur. Au XIXème siècle, l'hôtel est transformé en Pensionnat de jeunes filles, puis il est acheté par la ville de Paris qui l'a fait restaurer.


 




Guides et Cartes pour découvrir la France

Cartes Routières     Guides Touristiques     Tous les Guides Bleus     Guides des Randonnées Pédestres

Carte au 1/25000ème :   Cartes Série Bleue de l'IGN       Cartes Série Top 25 l'IGN

Consultez la Librairie de FranceBalade      Accés à la Librairie en ligne



Quartier Saint Paul
Il s'étend entre la rue Saint Antoine et la Seine.

Hôtel de Sens   Hôtel d'Aumont   Eglise Saint Paul-Saint Louis

  Les Jésuites en France   Saint Vincent de Paul   Place du Marché Sainte Catherine


Hôtel deSens

Hôtel de Sens

L'Hôtel de Sens se trouve au 1 rue du Figuier dans le IVème arrondissement. A l'origine s'élevait à cet endroit l'Hôtel d'Hestoménil que Charles V attribue à Guillaume de Melun Archevêque de Sens, en échange d'un hôtel que celui-ci possèdait Quai des Célestins. Jusqu'en 1622, l'evêché de Paris relève de l'archevêché de Sens, l'hôtel de Sens est la résidence Parisienne des archevêques dont la présence à Paris devient de plus en plus fréquente.
Tristan Salazar devient Archevêque de Sens en 1474, il fait démolir le vieil hôtel d'Hestoménil et construit un nouvel édifice. A l'époque de Henri IV, l'archevêque est Renaud de Beaune, le Roi lui dmande d'y héberger sa première femme Marguerite de Valois (la Reine Margot). Celle-ci s'y conduit de manière trés libertine, au point d'être priée de quitter l'hôtel de Sens. Elle rejoint alors un hôtel du Pré aux Clercs.
En 1622, Paris devient le siège d'un archevêché. En 1689 l'hôtel de Sens est affecté à la Gare des Messageries des coches de Lyon, Bourgogne et Franche-Comté. Les salons des anciens archevêques sont loués à des artisans.

En 1911, l'hôtel est acquis par la ville de Paris. Les travaux de restauration prennent du temps et en fait transforment le bâtiment dont certaines parties ont peu à voir avec celui d'origine. Pour autant l'Hôtel de Sens donne une image significative de l'architecture du Moyen-Age. La présence de machicoulis donne au bâtiment une allure militaire et la façade (cf photo ci-contre) a été reconstituée à peu prés fidèlement. A l'angle Sud-Ouest une tour contient un grand escalier à vis.
A l'heure actuelle l'hôtel accueille la Bibliothèque Forney.


Hotel d'Aumont

Hôtel d'Aumont

L'Hotel d'Aumont donne sur les quais de la Seine face à l'île Saint Louis.
Au milieu du XVIIème siècle, Michel Scarron (l'oncle du poëte) se fait construire un hôtel, Le Vau et François Mansart y travaillent, la façade sur le jardin (cf photo ci-dessus) est due à ce dernier. L'édifice est racheté, en 1655, par son gendre, Antoine d'Aumont, Marquis de Villequier, Maréchal de France. Il devient ensuite Gouverneur de Paris, Duc et Pair, c'est donc un personnage important du Royaume de France. Il fait agrandir le bâtiment et réaliser un jardin qui est agrémenté de nombreuses statues. Les pièces de l'hôtel sont décorées, les plafonds peints par Simon Vouet et Le Brun.
Les Ducs d'Aumont conservent cet hôtel comme résidence pendant cinq générations, mais au milieu du XVIIIème il est devenu à la mode d'habiter les quartier Ouest de Paris. l'Hôtel d'Aumont est alors vendu à plusieurs reprises. Son propriétaire lors de la Révolution Française, Antoine Tenay, est décapité. L'édifice devient la mairie de l'ancien IXème arrondissement, puis un pensionnat et enfin en 1859, la Pharmacie Centrale de France qui occupe les lieux jusqu'en 1938. L'Hôtel d'Aumont a alors été racheté par la ville de Paris et restauré.


Façade de l'église Saint Paul

Eglise Saint Paul - Saint Louis

En 1580, la Compagnie de Jésus (les Jésuites) vient d'être créée. Elle acquiert à Paris l'Hotel Rochepot, celui-ci donne sur la rue Saint-Antoine. Les Jésuites y font construire une chapelle dédiée à Saint Louis.
En 1619, leur implantation est devenue trop petite, le Roi Louis XIII un terrain attenant libéré par la démolition de l'enceinte de Philippe II Auguste. Entre 1627 et 1641 l'église Saint Paul - Saint Louis est construite sur ce terrain, sur des plans de Etienne Martellange qui a pris modèle sur l'église des Jésuites à Rome: le Gesu réalisée en 1568. La façade (cf photo de gauche) est commencée en 1633, mais elle ne sera achevée que bien plus tard, elle est de François Derand.
L'église est consacrée le 9 mai 1641, le Cardinal de Richelieu y célèbre la première messe en présence du Roi Louis XIII, de la Cour et de nombreux évêques. Elle est d'abord dédiée à Saint Louis. Bien éclairée par de larges fenêtres (cf photo de droite), elle a été concue pour le prêche. C'est ici que Bourdaloue, Bossuet et Fléchier y prononcent des sermons. Elle est également fréquentée pour la musique, Marc Antoine Charpentier, Jean Philippe Rameau et Richard Delalande en tiennent les orgues.
Intérieur de l'église Saint Paul
L'église est un centre cultuel important, en relation avec les Jésuites de France. Aussi quand, sous le règne de Louis XV, en 1764, ceux-ci sont chassés de France, l'église est sans emploi. En 1802, elle devient église paroissiale du quartier Saint Paul, son nom se transforme alors en Saint Paul - Saint Louis.

Les Jésuites en France

En 1534, Ignace de Loyola, Pierre Favre et François Xavier sont étudiants de théologie à Paris, à la Sorbonne. Le 15 août, avec quatre autres étudiants, ils se rencontrent à Montmartre et fondent la Société de Jésus, plus connue sous le nom de Jésuites. En 1537 ils vont en Italie et font reconnaitre leur ordre par le Pape (Bulle Regimini Militantis de 1540).
Au début les Jésuites sont surtout des missionnaires, ils s'occupent de la conversion des peuples colonisés ( par exemple au Paraguay). Bien vite ils développent également des activités d'enseignement, à la fin du XVIème siècle c'est même leur activité principale. De nombreux Collège de Jésuites sont créés en France.
Il deviennent rapidement trés nombreux et s'engagent dans la lutte contre les Protestants. Liés avec la Ligue Catholique qui contôle Paris, ils figurent parmi les opposants résolus à Henri de Bourbon-Vendôme (futur Henri IV). Ils sont même impliqués dans la tentative d'assassinat de Henri IV par Jean Châtel. Un de leurs membres, le Père Quignard, est pendu en Place de Grève le 7 janvier 1595 et ils sont expulsés de France. Henri IV les rappelle en 1604 et un Jésuite, le Père Cotton, devient même son confesseur. Par la suite, ils acquièrent une grande influence politique. Jacques de Sirmond, un jésuite, devient le confesseur du roi Louis XIII et plus tard le Père Lachaise sera celui de Louis XIV.
Leurs réseaux d'influence et le soutien inconditionnel qu'ils apportent aux Papes contribuent à ternir leur image et ils sont chassés de France le 26 novembre 1764. Il en est ainsi dans de nombreux autres pays d'Europe au XVIIIème siècle. L'ordre est même supprimé par le Pape Clément XIV en 1773, puis rétabli en 1814. Ils sont à nouveau chassés de France en 1880, puis en 1901.


Saint Vincent de Paul

Saint Vincent de Paul

Saint Vincent de Paul est né en 1581 dans les Landes. Sa famille était pauvre et il commence par être berger. En 1605, il est peut être capturé par des pirates, il s'évade. Il fait de études à Dax puis à Toulouse pour devenir prêtre. Il est ordonné en 1614 et devient curé du village de Clichy, près de Paris. Pierre de Bérulle, un prêtre qui est trés influent à la Cour de France, lui propose la place de précepteur des enfants de Philippe de Gondi, Général des Galères du Royaume de France.
Sur les domaines de celui-ci, Vincent est frappé par la condition misérable des paysans, ils va désormais consacrer sa vie au service des pauvres. Il devient curé de Chatillon dans les Dombes et organise son activité de charité. Louise de Marillac vient le retrouver pour servir les pauvres. En 1634, ils fondent ensembles les Filles de la Charité (appelées aussi sœurs de Saint Vincent de Paul). Les Filles de la Charité sont à l'origine de l'Hôpital des Enfants-Trouvés de Paris.
Vincent retourne ensuite s'occuper des nombreux paysans des domaines de la famille de Gondi. Il devient Aumonier Général des Galères, ils obtient que ceux-ci soient mieux traités.
Il assiste le Roi Louis XIII sur son lit de mort et il devient Président du Conseil de Conscience de la Régente Anne d'Autriche, ce qui lui donne un grand pouvoir sur les affaires ecclésiastiques de France. Saint Vincent de Paul est mort le 27 septembre 1660, il est reconnu comme Saint de l'Eglise Catholique le 16 juin 1737, sous le pontificat du Pape Clément XII. Vincent de Paul a participé au renouveau du Catholicisme de la France du XVIIème siècle aux côtés de François de Sales.

Statue de Saint de Paul dans l'église Saint Paul-Saint Louis


Place du marché Sainte Catherine

Place du marché Saint Catherine

En 1214, la situation du Royaume de France est difficile, Philippe-Auguste doit faire face à une coalition de ses voisins Européens. Il fait le voeu de construire une église à Sainte-Catherine s'il gagne la bataille qui va bientôt se dérouler à Bouvines.
Plus tard, sous la régence de Blanche de Castille, Saint-Louis, pose la première pierre de l'église sur un terrain appelé Val des Ecoliers. Le couvent de Sainte-Catherine du Val-des-Ecoliers sera détruit au XVIIIème siècle et remplacé, en 1783, par le Marché Sainte Catherine. A l'époque c'était le premier marché couvert de Paris. Il a été détruit dans les années 1930 car il était en trés mauvais état.




La Place de la Bastille

La Place de la Bastille

La Place de la Bastille se trouve à proximité immédiate de la Place des Vosges et du Quartier Saint Paul. Comme cette place possède également, côté Est, de nombreux monuments et sites intéressants, une page spécifique de FranceBalade va bientôt lui être consacrée.



La Place de la Bastille a été réalisée à la suite de la destruction de la forteresse de la Bastille en 1789. Le 14 Juillet 1789 la Bastille est prise par la population de Paris et sa démolition commence le lendemain. La Place est initialisée en 1803 et modifiée successivement par l'ouverture de la rue de Lyon, du Boulevard Henri IV et la construction de la Gare de Vincennes. Plus récemment la construction de l'Opéra Bastille, sur l'emplacement de cette Gare, a réanimé ce quartier qui s'était assoupi.

La Colonne de Juillet commémore les victimes des journées Révolutionnaires de Juillet 1830 qui provoquèrent la chute du Roi Charles X. Elle fait 50 mètres de haut et est coiffée par le Génie de la Liberté. Elle s'inspire de la Colonne Trajan à Rome.



La Place de la Bastille: Colonne et Opéra


 



L'Ile de la Cité

Quittons maintenant le Louvre pour se rendre sur l'Ile de la Cité, le berceau de Paris, et visiter ses nombreux monuments. Elle se situe juste à coté de la façade Est du Louvre en empruntant le Pont-Neuf.

Histoire de l'Ile de la Cité   Pont Neuf   Place Dauphine   Palais de Justice   Sainte Chapelle   Conciergerie   Tribunal de Commerce

  Marché aux fleurs   Notre-Dame de Paris   Hotel Dieu   Préfecture de Police   Quai des Orfèvres   Ile Saint Louis   Pont Marie


Panorama sur la Seine, vue vers l'Est, au fond l'île de la Cité
Panorama sur la Seine, vue vers l'Est, au fond l'île de la Cité et les Tours de Notre-Dame, à droite le Musée d'Orsay et à gauche le Louvre


     Avec Google


Pages pour découvrir Paris :
Accueil Paris    Plan de Paris: liste des sites à visiter   

Tour Eiffel et 7° arrondisst    Champs Elysées - Concorde    

Le Louvre     Ile de la Cité    Notre Dame de Paris     St Germain des Prés    Luxembourg     Quartier Latin     Montparnasse

Opéra & Grands Boulevards   Halles, Chatelet, Hotel de Ville     Le Marais     Bastille et Bercy

Montmartre    Chateau de Versailles   

Histoire de Paris: Paris et les Guerres de religion à la fin du XVIe siècle

Livres et Guides sur Paris et l'Ile de France









Découvrir :
La France   L'Art Roman   Les Cathédrales   Les Abbayes   Le Mont Saint Michel   Paris   Le Val de Loire   Les Châteaux de la Loire
 
La Touraine     Le Poitou     Le Poitou Roman     Le Limousin      La Haute-Vienne    La Creuse    La Corrèze    Le Limousin Roman
 
L'Aquitaine    La Gironde    La Dordogne    La Vallée de la Dordogne    Le Pays Basque    Bayonne    Biarritz    Saint Jean de Luz
 
Espagne  Pays Basque Espagnol  Saint Sébastien  Castille et Leon  Leon  Burgos  Zamora  Salamanque  Ségovie  Soria  Andalousie
 
La Côte d'Azur   Côte d'Azur & Riviera Italienne   Menton  Monaco  Nice  Vence & Cagnes  Antibes-Juan les Pins
 
Grasse   Cannes   La Corniche de l'Estérel    Saint Tropez            La Provence Antique      Vaison la Romaine
 
L'Italie   Les Alpes Italiennes   Venise   Grand Canal de Venise   Rome   Florence   La Toscane  
 
Gènes et la Ligurie     La Riviera du Levant     La Riviera du Ponant     Les Cinque Terre     La Spezia et le Golfe des Poètes
 
Les Alpes     Les Alpes Valaisannes     Zermatt     Chamonix-Mont-Blanc           La Grèce
 
Les Etats-Unis     New-York     La Floride               L'Asie du Sud-Est    


Votre Hotel :    Paris (1)       Paris (2)       Aéroport Charles Gaulle     Aéroport d'Orly
Chantilly   Enghien-les-Bains   Neuilly   Nanterre   La Défense   Saint Germain en Laye   Chatou   Le Vésinet   Louveciennes   Versailles   Sèvres   Meudon  Issy les Moulineaux   Montrouge   Sceaux  Massy  Créteil  Vincennes 



Hotel en France      Hotel en Italie      Hotel en Espagne      Hotel dans les Alpes      Hotel aux Etats-Unis     Hotels des autres Pays
 
Choisissez votre Hôtel dans une des principales villes touristiques d'Italie et d'Europe :
Rome  Gênes   Rapallo   Dolomites   Milan   Venise   Toscane   Florence   Sienne   Bologne   Naples   Sicile
Paris   Nice   Londres   Edimbourg   Barcelone   Madrid   Malaga   Amsterdam   Bruxelles   Berlin   Munich   Prague