Les comtes et seigneurs du Maine

Vous etes ICI : Accueil > France > La France > Le Maine > Comtes et seigneurs du Maine 
 
Votre Hôtel :   France       Sarthe       Mayenne       Le Mans       La Flèche       Laval       Touraine       Aquitaine

 
Le Maine est une ancienne Province Française qui recouvrait à peu près les actuels département de la Sarthe et de la Mayenne.
 
Au Haut Moyen-Age, pendant la seconde moitié du IXème siecle la région est victime à la fois des invasions Bretonnes et Normandes. Le roi et les aristocrates luttent entre eux et ne sont donc pas en mesure de s'opposer efficacement à ces invasions.
 
Dans ces conditions, les pouvoirs institutionnels de l'Empire Carolingien ont éclaté dans le Maine comme dans le reste de la Francie Occidentale.
 
Jusque-là le Pagus Cenomanicus était une circonscription administrative dirigée par un comte, fonctionnaire amovible désigné par l'Empereur ou le roi. A la faveur de l'anarchie consécutive à l'affaiblissement du pouvoir royal, des dynasties locales sont apparues et ont accaparé tous les pouvoirs à leur profit.
 
Le Maine du VIIIème au XIIème siècles
 
Les Rorgonides         La deuxième Maison du Maine
 
Les seigneurs de Chateau du Loir        Les vicomtes du Mans
 
Les seigneurs de Belleme         Les seigneurs de Mondoubleau
 
D'autres dynasties féodales voisines ont eu un impact important sur l'histoire du Maine, en particulier :
 
Les comtes du Perche         Les comtes et vicomtes de Chateaudun
 
Les comtes d'Anjou         Les comtes de Vendome         Les comtes de Blois
 
Enfin vous pouvez vous informer sur ces dynasties :
 Comtes de Poitiers |  Seigneurs de Touraine | 
 
Seigneurs d 'Amboise |   Seigneurs de Chateaurenault  | 
 
 Vicomtes de Thouars  |    Seigneurs du Poitou  |    Vicomtes de Chatellerault  | 
 


 
La Fondation de l'Empire Carolingien   La Fin de l'Empire Carolingien   Les rois Francs Carolingiens
 
Le Moyen-Age      Les Robertiens      Les comtes de Vermandois   Les comtes de Poitou      La Féodalité

 

 
     Avec Google




 
L'épopée des Capétiens, une dynastie qui a fait la France :
 
 
Robertiens   |    Capétiens    |    Premiers Rois Capétiens    |    Rois Capétiens (1180-1320)

Les Capétiens-Anjou , Rois de Naples, Sicile, Hongrie et Pologne.

 




Hotel en France     Hotel dans les Alpes     Hotel en Italie     Hotel en Europe     Hotel en Espagne    Autres Pays
Régions de France : Île de France  Alsace  Aquitaine  Auvergne  Bourgogne  Bretagne  Champagne - Ardennes  Centre
Franche-Comté   Languedoc-Roussillon   Limousin   Lorraine   Midi-Pyrénées   Nord - Pas-de -Calais   Normandie  
Pays de la Loire   Poitou-Charentes   Provence - Alpes - Côte d'Azur   Rhône-Alpes




481 - 888
La France Avant la France


de  Geneviève Bührer-Thierry et Charles Mériaux -- - ISBN: 2701191882

L'histoire a longtemps juxtaposé des images simples pour définir les quatre siècles écoulés de 481 à 888 : aux Mérovingiens incultes et incapables, succédaient des Carolingiens glorieux et conquérants.
Les recherches des dernières décennies, fondées sur une réévaluation des sources écrites et sur les progrès de l'archéologie, ont libéré cette période du carcan des idées reçues.
Ce livre, en forme de bilan, dresse des perspectives neuves. Il montre notamment que les rois mérovingiens furent les derniers continuateurs de l'Antiquité et que si les premiers Carolingiens rassemblèrent sous leur autorité presque toute l'Europe occidentale, l'Empire s'avéra une réalité fragile et diverse.
Ainsi, les auteurs ramènent-ils les faits aux réalités de l'époque, en rejetant les anachronismes et les outrances, et en appuyant leur exposé sur des textes et des cartes comme sur une iconographie abondante. Cette histoire renouvelée possède un attrait majeur : au-delà des représentations traditionnelles, elle s'efforce d'atteindre le réel.




Le Maine du VIIIème au XIIème siècles

C'est à l'époque de Charles Martel, au début du VIIIème siècle, qu'apparait le premier comte du Maine connu, il s'appelle Roger. En 724 l'évêque du Mans Herlemond décède et le siège reste vacant ce qui permet à Roger d'administrer et de controler les domaines épiscopaux.
 
Roger a deux fils, Charivé qui lui succède comme comte du Maine et Gauziolène qui devient évêque du Mans avec l'aide de l'évêque de Rouen et contre la volonté du métropolitain du Mans qui est l'archevêque de Tours. Gauziolène mène une vie de seigneur plutot que d'évêque et il abuse des biens de l'évêché du Mans.
 
Plus tard, en 748, Pépin le Bref mate une révolte de son demi-frère Griffon, il lui pardonne et lui confie une partie du Maine pour surveiller et défendre la région contre les Bretons. On n'a pas d'informations sur les relations de Griffon avec Charivé et Gauziolène.
 
En 753 Griffon, à nouveau en révolte contre Pépin, se réfugie en Aquitaine auprès du duc Waifre. Pépin pénètre dans le Maine avec son armée. Il assiège Le Mans où Charivé et Gauziolène se sont enfermés. L'armée de Pépin ravage la région autour du Mans en n'épargnant que les monastères et établissements religieux.
 
L'Abbé Sigebaud de Saint Calais et les moines se recommandent de Pépin le Bref qui prend ainsi le controle de cette abbaye et lui assure sa protection.
 
Gauziolène parvient pourtant à conserver sa position d'évêque du Mans puisqu'il participe à la fondation de l'Abbaye de Prum et est présent, en 760, au Synode d'Attigny, il fait partie des signataires du Livre de Confraternité des évêques. Pourtant l'Eveché du Mans parait avoir perdu une bonne partie de son influence et de ses biens, les monastères passent sous le controle de Pépin le Bref et du fisc Carolingien.
 
Ce n'est que pendant le règne de Louis le Pieux que Notre Dame du Mans et le Monastère Saint Vincent reviennent sous la tutelle de l'évêque Aldric (qui était apparenté aux Carolingiens).
 
Le Maine réapparait sur le devant de la scène après la mort de Louis I le Pieux (840), ses trois fils se disputent l'Empire.
 
Le Maine est alors pris dans une véritable guerre civile. L'évêque du Mans Aldric est du parti de Charles II le Chauve, les aristocrates et l'Abbé de Saint Calais tiennent pour l'Empereur Lothaire. La victoire finale de Charles II le Chauve permet à Aldric de revenir au Mans.
 
En 841 le comte de Nantes Ricoin décède. Charles II le Chauve constitue un commandement militaire qui rassemble le comté de Nantes et le Pays d'Herbauges pour s'opposer aux incursions des Bretons. Il le confie à Renaud déjà comte d'Herbauges, celui-ci est apparenté aux Rorgonides qui sont bien implantés dans cette partie de la Francie.
Lambert qui estime avoir des droits sur le comté de Nantes se révolte et s'allie aux Bretons. Il bat et tue d'abord Renaud en 843 puis le fils de celui-ci Hervé en 844. Puis en 845 Lambert se soumet au roi qui lui attribue le comté de Nantes.
 
En 850 les invasions Bretonnes prennent une nouvelle dimension, le comte Lambert de Nantes s'est allié temporairement avec les Bretons et prend Le Mans en 850. Nominoé, le chef des Bretons, a envahi le sud du Maine et remonte la vallée du Loir, mais il meurt à Vendôme au début de mars 851.
Son fils Erispoé bat à nouveau Charles II le Chauve au Grand Fougeray le 22 aout 851. Le roi Charles signe la paix à Angers et cède aux Bretons le comté de Rennes et le pays de Retz, Lambert reprend le comté de Nantes. Erispoé abandonne Lambert et le chasse de Nantes, celui ci cherche à s'établir en Mayenne mais il est vaincu et tué le 1er mai 852 par le comte du Maine Gauzbert qui tient à venger sa famille. Charles II le Chauve n'accepte pas ces vendetta de familles, en 853, Gauzbert est jugé, condamné et décapité, les Rorgonides sont outrés et plus tard sont parmi les instigateurs de la révolte de 858.
 
En 854 Charles II le Chauve marie son fils Louis avec une fille d'Erispoe et constitue pour lui une Marche à l'Est de la Bretagne qui comprend le Maine.
 
Il effectue une opération analogue en Aquitaine en 855 avec un autre fils, Charles. En 856 c'est la révolte générale des comtes du Centre-Ouest de la Francie, pourtant la plupart sont apparentés à la femme de Charles II le Chauve, Ermentrude.
La révolte se développe et en 858 avec l'appui des Rorgonides, le Sénéchal Adalard et Eudes le beau-frère de Charles II le Chauve offrent la couronne à Louis le Germanique.
L'intervention de Hincmar archevêque de Reims qui entraine les autres évêques et l'indécision de Louis le Germanique sauvent Charles le Chauve qui au début de 860 a repris sa position.
Il sanctionne ceux qui l'ont trahi et met en place des membres de la famille de sa mère, les Welfs.
 
Pour autant il pardonne à Robert le Fort et le met à la tete de la Neustrie (duc de France, comte de Tours, d'Angers, de Blois, Abbé laïc de Saint Martin de Tours, ...) pour s'opposer aux Normands. Cette nomination mécontente les comtes du Maine, Salomon roi de Bretagne et le fils de Charles II le Chauve, Louis le Bègue. Mais ils sont battus par Robert le Fort et le roi de Bretagne signe la paix.
 
Pendant une courte période en 865 Louis le Bègue est reinvesti du duché de France, mais il est incapable de s'opposer aux Normands et Robert le Fort récupère rapidement ce duché. Les Rorgonides sont désormais sous la tutelle des Robertiens.
 



Les Invasions Normandes

La première incursion Normande date de 865, elle se déroule avec l'appui des Bretons. Le Mans est en partie prise et pillée, la cathédrale est incendiée.
 
Une nouvelle incursion des Normands commandés par Hasting a lieu l'année suivante, en 866, à nouveau Le Mans est pillée. Au retour de leur expédition les Normands sont interceptés par Robert le Fort et Ramnulf de Poitiers à Brissarthe, mais Robert le Fort est tué.
 
Une nouvelle incursion Normande est repoussée en 875, c'est sans doute une des dernières.
Pendant toute cette période les populations ont été pillées et ranconnées et avaient besoin d'être protegées. C'est dans ce contexte que sont apparues la plupart des dynasties féodales, en genéral a partir des notables Carolingiens.
 
Les titulaires des comtés de la Francie Occidentale sont devenus progressivement independants et ont transformé leurs territoires en fiefs héreditaires.
 






La première Maison du Maine : Les Rorgonides

C'est la famille qui a dominé le Maine pendant la plus grande partie du IXème siècle. Depuis le VIIIème siècle le Maine était la région coeur de la Neustrie et Le Mans était en quelque sorte la capitale de cet ancien royaume. D'où l'importance particulière de la famille qui dirigeait le Maine.
 
Les Rorgonides sont peut être issus du comte Roger, présent en 720 à l'époque de Charles Martel. Mais de manière plus sure ils sont issus d'un comte carolingien nommé Gauzlin qui vivait en 820, sa femme s'appelait Adeltrude. Il en a eu deux fils, Gauzbert et Rorico Ier (+ vers 841).
 
Rorico Ier se lie avec une fille de Charlemagne, Rotrude qui lui donne un fils Louis Abbé de Saint Denis, mort en 867.
Il se marie ensuite avec Bilchilde avec qui il a cinq enfants :
    - Rorico II, mort en 865
    - Gauzlin, l'évêque de Paris qui défend cette ville contre les Normands avec le Robertien Eudes en 886.
    - Gauzfrid qui devient comte du Maine,
    - Bilchilde mariée à Bernard. Ils ont un fils également nommé Bernard (de Gothie).
    - une fille (Adeltrude) qui épouse Ramnulf I Comte de Poitiers.
 
Gauzbert, frère de Rorico Ier, devient comte du Maine à la suite de celui-ci. Accusé de collusion avec les Bretons par Charles le Chauve et du meurtre de Lambert comte de Nantes, il est exécuté en 853.
Ceci provoque une réaction des grandes familles aristocrates dont certaines font appel à Louis le Germanique (le frère de Charles le Chauve) en 857-8.
 
Gauzfrid, le fils de Rorico Ier, devient ensuite comte du Maine. Gauzlin (mort en 914) est le dernier comte du Maine de cette famille, Gauzlin était soutenu par les Robertiens Eudes et Robert qui ont été rois de Francie Occidentale.
 
Les Rorgonides assurent sans succès la défense de la région contre les Bretons. Au final ils traitent avec eux puis s'associent à la révolte de Louis le Bègue contre son père Charles le Chauve.
Ce dernier confie alors la défense de la Neustrie (y compris le Maine) à Robert le Fort. C'est à partir de là que s'est construite la suzeraineté des Robertiens sur le Maine.
 


Pour vous informer ou faire des cadeaux, achetez des livres sur les périodes de l'Histoire de France et sur l'Italie :

Histoire de France   Littérature et Ecrivains

De la Préhistoire au Moyen-Age   De la Renaissance au XVIIIème   De la Révolution à nos jours

Les Gallo-Romains   Archéologie de la Gaule   Rois de France

Moyen-Age     Vie au Moyen-Age    Arts au Moyen-Age    Peinture Médiévale   Art Gothique

Chateaux Forts     Abbayes de France    Cathédrales Médiévales

La Renaissance     Chateaux de la Loire     Guerres de Religion   

Italie    Rome Antique    Civilisation Romaine

Accés à la Librairie de FranceBalade






La deuxième Maison du Maine

Rothilde (871-928) et Roger

Rothilde est une fille de Charles II le Chauve. Elle se marie avec Roger, peut être issu de la famille des comtes de Laon, il apparait au Mans vers 886 comme comte du Maine. Ils ont pour fils Hugues I qui suit et une fille, Judith, qui épouse le Robertien Hugues le Grand.
 
Dans les années 893-895, pendant le règne de Eudes I, Roger est chassé du Mans et le Rorgonide Gauzlin le remplace mais ne peut se maintenir car par la suite Roger réussit à reprendre le comté.
Roger s'est signalé par ses violences et ses déprédations dénoncées par l'évêque du Mans Gontier entre 895 et 898. Le vicomte du Mans Raoul I avait d'ailleurs un comportement analogue.
 

Hugues I (+ vers 950)

Il succède après 900 à son père Roger, il est par sa mère lié aux Carolingiens ce qui lui donne une position élevée. Il s'est sans doute marié à une femme issue de la famille des Rorgonides, probablement une fille du comte Gauzlin (qui pendant une période a repris le titre de comte du Maine), ce qui a permis de rétablir la paix entre les deux familles.
 
Quand Charles III le Simple retire maladroitement l'Abbaye de Chelles à la mère de Hugues I pour la donner à son favori Haganon, ceci provoque le réaction du comte du Maine et son alliance avec Hugues le Grand son beau-frère qui développe par la même occasion sa tutelle sur le Maine. Cette suzeraineté est matérialisée par le roi Raoul en 924 au bénéfice d'Hugues le Grand.
Il semble bien d'ailleurs que Hugues I soit toujours resté fidèle au Robertien. Le comte du Maine est le plus important de ses vassaux, il apparait immédiatement derrière lui dans les actes de l'époque. Hugues I reste au pouvoir jusque vers 950.
Il laisse trois enfants, Hugues II qui suit, Rorgo et une fille dont la fille Hildegarde se marie avec le vicomte Geoffroy I de Chateaudun.
 

Hugues II (+ 992)

Il devient comte vers 950 et profite de la minorité d'Hugues Capet pour s'emanciper de la tutelle des Robertiens, comme le font de leur côté les comtes de Blois et ceux d'Anjou.
Il s'est probablement marié à une femme de la Maison de Vermandois, alliée des comtes de Blois, d'où le rapprochement des comtes du Maine avec la Maison de Blois qui venait en outre de s'approprier Chartres et Châteaudun.
 
Cette alliance l'amène, après 977 et l'arrivée de Eudes I au comté de Blois, à s'opposer à Hugues Capet d'où les difficultés que le comte du Maine a avec l'évêque Sigefroi du Mans (Le Mans était un évêché royal), avec les comtes de Vendome et ceux d'Anjou, les fidèles de Hugues Capet.
 
Hugues II était également l'allié des comtes de Rennes qui étaient sous tutelle des comtes de Blois, et tous cherchaient à limiter la montée en puissance des comtes de Normandie.
 
Sa lutte contre Sigefroy du Mans provoqua la fuite de ce dernier à Vendôme chez son allié le comte Bouchard de Vendome. Sigefroy remit alors au comte Bouchard un ensemble de terres, provenant du patrimoine de l'église du Mans, ces terres furent la base d'une petite région, le Bas-Vendomois.
 
Hugues II a eu trois enfants, Hugues III qui suit, Foulques et Herbert Baco (+1032).
 

Hugues III (+ 1015)

Hugues III est l'allié de Eudes II de Blois en lutte contre les rois de France et le comte d'Anjou Foulques III.
Il a un fils Herbert qui suit, et une fille Mélisende qui épouse Judicael comte de Nantes.
En 996 Foulques III Nerra obtient du roi Robert II le Pieux la suzeraineté sur le Maine. Ce comte d'Anjou développe l'influence Angevine dans le Maine.
 

Herbert I Eveille Chien (985-1032)

Herbert I Eveille Chien est le fils de Hugues III.
Comme partout, la décadence du pouvoir central permet au comte du Maine de s'approprier la plupart des droits régaliens. Herbert I fait frapper sa propre monnaie avec son monogramme. Il s'entoure de fidèles à qui il attribue terres, fiefs et autorisations de construire des chateaux.
Les premières dynasties féodales du Maine figurent dans l'entourage du Comte. Ce sont celles de Sablé, Château du Loir, Mayenne. Ensuite apparaissent celles de Laval, La Ferté Bernard, Saint Calais puis après 1050 Sillé, La Suze, Malicorne, La Milesse, Montfort, Sourches, ...
 
Dès son arrivée au comté du Maine Herbert I est sollicité par Foulques III Nerra pour combattre le comte de Blois, son intervention à la bataille de Pontlevoy en 1016 est décisive.
Cependant assez rapidement le comte du Maine se positionne du coté du comte de Blois et du comte de Rennnes, opposants des Angevins et du roi de France. Herbert I est rapidement en lutte avec l'évêque du Mans Avesgaud de la Maison de Bellème, qui est alliée à Foulques III Nerra comte d'Anjou.
L'évêque doit quitter Le Mans et se réfugier dans son château de La Ferté Bernard, il met l'interdit sur le diocèse. Le 7 Mars 1025, Herbert est emprisonné par Foulques III Nerra à l'occasion d'une entrevue à Saintes, ce qui permet à ce dernier de contrôler directement le Maine.
 
Il a de sa femme un fils Hugues IV (cf cidessous) et trois filles: Gersende épouse de Albert Azzo d'Este (parents de Hugues V, cf ci-dessous), Biota épouse de Gautier Comte de Vexin et Paula épouse de Lancelin sire de Beaugency.
 

Hugues IV (+1051)

Il épouse Berthe de Blois fille de Eudes II et veuve d'Alain comte de Bretagne. Il est mort le 26 Mars 1051.
 
Enfant à la mort de son père, il est placé sous la tutelle de son oncle Herbert Bacon. Celui-ci, allié des Angevins, essaie de faire évincer de son siège d'évêque du Mans Gervais de Château du Loir. Celui ci réplique et à l'aide d'un Concile populaire fait chasser Herbert Bacon du comté et met à sa place le jeune Hugues IV.
Gervais arrange alors, vers 1045/6, le mariage de Hugues IV avec Berthe de Blois qui met en danger la position du comte d'Anjou Geoffroy II Martel dans le Maine. C'est pendant la présence d'Hugues IV à la tete du comté que la région est bouleversée par des luttes internes.
En 1048, Geoffroy II Martel s'empare de Château du Loir puis du Mans. Il emprisonne vers 1048 l'évêque du Mans Gervais de Château du Loir, de la Maison de Bellême. Geoffroy remonte la Sarthe et atteint Alençon, qui appartient aux Bellêmes, et il s'en empare.
 

Herbert II (+1062)

Il est le fils de Hugues IV, à la mort de celui-ci, sa veuve Berthe est chassée du Mans et le comte d'Anjou s'y implante.
 
Geoffroy II Martel comte d'Anjou fait libérer Gervais évêque du Mans qui se réfugie auprès de Guillaume de Normandie. Quand Gervais devient archevêque de Reims, en 1055, Geoffroy II Martel fait obtenir l'évêché du Mans à Vulgrin de la famille des vicomtes de Vendôme qui lui est très fidèle.
 
En 1056, Herbert II se réfugie à nouveau auprès du duc Guillaume de Normandie qui s'inquiète de cette avancée des Angevins et Herbert II se reconnait alors vassal de Guillaume et le déclare son héritier puisqu'il n'a pas d'enfants. Marguerite soeur de Herbert est promise au fils de Guillaume, Robert Courteheuse. Herbert II meurt en mars 1062.


Dès la mort de Geoffroy II Martel, Guillaume de Normandie pousse son avantage dans le Maine. La plupart des seigneurs du Maine se révoltent alors contre le Duc de Normandie. Ils sont conduits par Geoffroy de Mayenne et appellent à leur tete un oncle par alliance de Hugues V, Gautier Comte du Vexin (la région de Mantes et Pontoise). Geoffroy le Barbu comte d'Anjou depuis 1060 soutient évidemment ce mouvement. Guillaume de Normandie se lance alors dans la conquete du Maine en pratiquant la tactique de la terre brulée et en faisant tomber un à un les chateaux de ses opposants.Il isole ainsi Le Mans qui tombe sans résistance à l'initiative de l'évêque et des habitants. Pour tenir en respect la ville soumise, Guillaume de Normandie fait construire , hors de son enceinte, deux forteresses: le Grand et Petit Mont-Barbet.
Gautier de Vexin et sa femme bien que rallié aux Normands moururent peu de temps après dans des conditions suspectes. Guillaume II vint mettre le siège devant le chateau de Mayenne, où s'était réfugié Geoffroy de Mayenne, un incendie fit capituler la place en 1063/4. Le Maine était sous controle Normand et pour stabiliser la situation, Robert Courteheuse, mari de l'héritière du Maine Marguerite, fit hommage du comté au comte d'Anjou.
Après la revolte communale du Mans en 1069/70, Foulques IV le Réchin peut rétablir l'influence Angevine dans le Maine. Guillaume de Normandie reconquiert cependant le Maine en 1073. A la mort de ce dernier en 1087, la lutte reprend jusqu'à la mort du Comte Hélie en 1110. Alors le Maine est définitivement rattaché à la Maison d'Anjou et devient bientot une composante de l' Empire Plantagenet.

 


 

Hugues V (+1097)

C'est le fils de Albert Azzo d'Este et de Gersende, la fille de Herbert Eveille Chien. Son frère Foulques est Marquis d'Este et reste en Italie. Hugues V épousa une fille de Robert Guiscard, le celèbre roi de Sicile. Sa fille Paule épouse Jean de La Flèche (fils de Lancelin de Beaugency et de Haberge). Ils ont pour fils Hélie qui suit.
 

Hélie (1060-1110)

Fils de Jean de la Flèche et petit fils de Hugues V. Il épouse Mathilde de Chateau du Loir, fille de Gervais seigneur de Chateau du Loir. et de Eremburge. Leur fille Ermengarde (1096-1126) épousa Foulques V le Jeune comte d'Anjou puis roi de Jérusalem. Ceci permet le rattachement définitif du Maine à l'Anjou.
 



La société aristocratique dans le Haut-Maine : XIe-XIIe siècles
(1999) - de Bruno Lemesle  - Broché -   ISBN : 2868473946

Cet ouvrage est un des plus complets sur les dynasties féodales du Haut-Maine : Comtes du Maine, Vicomte du Mans, ....







Les seigneurs de Château du Loir

La Maison de Château du Loir était lièe (dès l'époque de Geoffroy Grisegonnelle +987 comte d'Anjou) de longue date à la Maison de Blois.
 
Quand Foulques III Nerra puis Geoffroy II Martel comtes d'Anjou investissent le Maine ils ne trouvent pas d'opposant plus déterminé que les seigneurs de Château du Loir, en dépit de ses liens avec la Maison de Belleme alliée, elle, aux comtes d'Anjou.
 


Haimon

Il épouse Hildeburge de Belleme. Il en a deux fils, Gervais, évêque du Mans, et Robert seigneur de Chateau du Loir.
 

Gervais de Chateau du Loir

Gervais est le neveu de l'évêque Avesgaud par sa mère, en effet il est le fils de Haimon, seigneur de Chateau du Loir et de Hildeburge de Bellême.
Il est d'abord seigneur de Château du Loir puis évêque du Mans (1035) avant de terminer comme archevêque de Reims en 1055.
 
Bien qu'apparenté à la Maison de Belleme, il se trouve en lutte avec Geoffroy II Martel comte d'Anjou. A vrai dire la famille des seigneurs de Château du Loir était de longue date lièe aux comtes de Blois.
 
Gervais prend le parti de Eudes II comte de Blois dans sa lutte contre les comtes d'Anjou, c'est par l'influence d'Eudes II qu'il devient évêque du Mans en 1035. Plus tard il se rallie pour la même raison au duc de Normandie Guillaume.
 
Le 15 Octobre 1055 Gervais est intronisé archevêque de Reims suite à la demande du roi de France Henri I au Pape Victor II. Ce transfert du Mans à Reims résoud le long conflit qui a opposé Gervais à Geoffroy II Martel. C'est un geste de bonne volonté du roi vis à vis des deux protagonistes.
 

Robert

Fils de Haimon, il a pour fils Gervais qui suit
 

Gervais (°1030)

Il est le fils du précedent, il épouse Eremburge et en a une fille, Mathilde(1055-1099) qui se marie à Hélie de La Flèche comte du Maine.
 


Les seigneurs de Bellême

Entre la Normandie, le Maine et l'Ile de France s'est constituée à la fin du Xème siécle une seigneurie considérable aux mains de la famille de Bellême. Elle s'étendait d'est en ouest sur une centaine de kilomètres de l'Huisne à l'Egrenne, en gros des environs de Belleme à Domfront et comprenait une ligne de crètes boisées où seuls quelques bons endroits permettent une circulation aisée entre la Manche et le Vallée de la Loire.
 
En savoir plus sur les Seigneurs de Belleme.

Les Bellêmes tiennent leur seigneurie du roi de France et dès l'époque du duc de Normandie Robert I le Magnifique ils possèdent le chateau d'Alençon qu'ils tiennent de celui-ci. En outre ils tiennent du comte du Maine le chateau de Domfront à l'extémité nord ouest du comté.
 
Les Bellêmes sont apparentés à la famille des Vicomtes du Mans et obtiennent pendant une période d'oncle en neveu l'évêché du Mans qui est un éveché royal. Au début du XIème siécle les seigneurs se lient par alliance avec les seigneurs de Chateau du Loir, aux confins de l'Anjou, du Vendômois, du Maine et de la Touraine.
 
Dans la lignée de son alliance avec les Robertiens/Capétiens la Maison de Bellême se retrouve souvent du coté du comte d'Anjou dans les luttes d'influence qui s'exercent sur le Maine. Corrélativement elle est souvent en opposition avec les comtes du Maine.
 
A l'époque de Geoffroy II Martel, le comte d'Anjou possède une réelle autorité féodale et seigneuriale sur la Maison de Bellême. Ces prérogatives proviennent sans doute du roi de France.
 
Les domaines de Bellême ont servi de tampon entre le Maine et la Normandie et l'influence royale a eu pour effet de protèger le Maine, alors sous contrôle des comtes d'Anjou, des avancées Normandes.
 
A l'époque de Geoffroy II Martel comte d'Anjou, seules les places de Domfront et Ambrières ont été prises par le duc de Normandie.
 
Vers 1050 la seigneurie de Belleme appartient à Yves évêque de Sees lorsque sa nièce Mabille épouse Roger de Montgomery vicomte d'Exmes et fidèle de Guillaume de Normandie. A partir de là l'influence des Normands sur la Maison de Belleme devient plus forte, meme si celle des Capétiens subsiste.
 
Par la suite la famille de Bellême perd la Seigneurie de cette ville qui est transférée aux comtes du Perche par Henri I Beauclerc, elle conserve cependant le comté d'Alençon jusqu'au début du XIIIème siècle.
 






Les Vicomtes du Mans

Dans le Maine, le pouvoir comtal s'est effrité après 950 avec la montée de l'influence des comtes d'Anjou. Initialement liés aux comtes du Maine, les vicomtes du Mans sont progressivement passés sous l'influence et la tutelle des comtes d'Anjou en particulier grace à leur liens familiaux avec les vicomtes de Vendome très liés aux comtes d'Anjou. Les vicomtes du Mans avaient également des liens familiaux avec la Maison de Bellême.
 

Hubert

Il est vicomte du Mans dans les années 888-890
Il est sans doute de la même famille que l'évêque Hubert du Mans qui vécut un peu après lui. C'est sans doute un ancêtre du vicomte Raoul I.
 

Raoul I

Il avait pour frère Mainard évêque du Mans et leur soeur est la mère de Yves de Belleme . La femme de Raoul s'appelait Godehilde. Il a pour fils Raoul II qui suit.
 

Raoul II

Il est vicomte du Mans dans la période autour de l'an 1000.
Fils de Raoul I, il épouse Widenoris dont il a six enfants: Raoul III qui suit, Geoffroy seigneur de Sablé, Yves, Hubert , Eudes et Odile épouse de Hugues dit "de Lavardin"
 

Raoul III

Il est vicomte dans la période 1015-1030.
Il épouse Godehilde de Bellême dont il a deux fils: Raoul IV qui suit et Geoffroy qui épouse l'héritière des seigneurs de Braitel.
 

Raoul IV   (+ entre 1065 et 1070)

Raoul IV épouse Emma de Montrevault( fille et héritière de Etienne (+1058) seigneur de Montrevault et du Lude et de Emma, la fille de Hubert vicomte de Vendôme, lui même également issu de la famille des vicomtes du Mans). Il épouse en secondes noces Cana de Pontlevoy.
 
C'est un des fidèles de Geoffroy II Martel comte d'Anjou, le soutien complémentaire de son oncle Hubert évêque d'Angers et sa position dans le Maine pendant la lutte contre Guillaume de Normandie lui permet de devenir vicomte de Vendôme.
 
Il a deux fils et deux filles de son premier mariage : Hubert qui prend sa suite comme vicomte du Mans, Raoul Payen vicomte de Vendome (qui épouse Agathe, la fille de Foulques l'Oison comte de Vendome), Godehilde (qui épouse Guillaume II seigneur de Belleme) et Hageburge qui épouse Tesselin en lui apportant le titre de seigneur de Montrevault.
 

Hubert de Beaumont (°1030-+1070)

Il est le fils de Raoul IV et vicomte du Mans et du Lude. Il détient également la forteresse de Beaumont, Fresnay et Sainte Suzanne (Il est surnommé le vicomte Hubert de Sainte Suzanne).
Il participe à la défense du Maine contre Guillaume de Normandie puis fait sa paix avec lui.
Il épouse, le 6 décembre 1067, Ermengarde, la fille du comte Guillaume I de Nevers et de Ermengarde de Tonnerre. Ils ont trois fils et une fille:
- Raoul V qui suit
- Guillaume (°1061) et Hubert (°1062)
- Godehilde (°1063) qui devient Abbesse.
 Lui meme et ses descendants prirent le nom de Beaumont.
 

Raoul V (°1060-+1120)

Il est le fils du précedent et d'Ermengarde de Nevers. Il est vicomte du Mans et seigneur de Beaumont, du Fresnay et de Sainte Suzanne.
Il épouse Adénor de Laval (°1080), fille du baron Guy II de Laval, ils ont pour fils Roscelin qui suit.
 

Roscelin (+1145)

Il est le fils du précedent et d'Adenor de Laval. Il épouse Constance, fille illégitime de Henri I Beauclerc roi d'Angleterre. Ils ont pour fils Richard I qui suit.
 

Richard I de Beaumont (+1194)

Il est le fils du précedent et de Constance d'Angleterre. Il épouse Lucie de L'Aigle (+1217), fille de Richard II de L'Aigle (+1217). Ils ont un fils Raoul VI (qui suit) et deux filles:
- Constance, épouse de Roger IV de Toeni (1160-1209).
- Ermengarde (+1233) épouse de Guillaume I roi d'Ecosse (1143-1214).
 

Raoul VI (+1235)

Il est le fils du précedent. Il épouse Agnès.
 

 

Evêques du Mans liés à la famille des vicomtes du Mans

 

Hubert

Evêque du Mans de 913 à 951.
 

Mainard

C'est le frère de Raoul I vicomte du Mans et l'oncle de Yves de Belleme. Il est évêque du Mans de 951 à 971.
 

Vulgrin

Il est le neveu de Hubert évêque d'Angers, il est issu de la famille des vicomtes de Vendome et à ce titre apparenté de loin aux vicomtes du Mans.
Abbé de Saint Serge d'Angers en 1046. Il devient évêque du Mans en 1055 avec l'appui de Geoffroy II Martel comte d'Anjou à qui le roi de France Henri I a transmis le pouvoir de nomination de l'évêque du Mans. Il représente une rupture avec les éveques issus de la Maison de Belleme.
 




Nobles et Paysans aux confins de l'Anjou et du Haut-Maine. La seigneurie des d'Espaigne de Venevelles

(27 avril 2000) de N. Dufourcq, Jean Favier --    ISBN : 2708403494


Découvrez l'Eure et Loir et son Histoire

Eure et Loir   Chartres    Cathédrale de Chartres    Comtes de Blois et de Chartres     L'Eure      Le Loir

Dreux      Anet      Nogent le Roi      Le Thymerais

Maintenon    Epernon     Gallardon     Auneau     Illiers-Combray     Courville

Chateaudun     Comtes et Vicomtes de Chateaudun   Bonneval     Alluyes     Arrou     Courtalain     Cloyes

Nogent le Rotrou    Brou   La Bazoche-Gouet     Comtes du Perche et du Perche-Gouët    Vallée du Loir




 
Pour vous informer ou faire des cadeaux, achetez des livres sur les périodes de l'Histoire de France et sur l'Italie :
 
Histoire de France   De la Préhistoire au Moyen-Age   De la Renaissance au XVIIIème   De la Révolution à nos jours
 
Les Gallo-Romains   Archéologie de la Gaule   Rois de France
 
Moyen-Age     Vie au Moyen-Age    Arts au Moyen-Age    Peinture Médiévale   Art Gothique
 
Chateaux Forts     Abbayes de France    Cathédrales Médiévales
 
La Renaissance     Chateaux de la Loire     Guerres de Religion   
 
Italie    Rome Antique    Civilisation Romaine

Consultez la Librairie de FranceBalade
 


     Avec Google



Découvrir :
La France   L'Art Roman   Les Cathédrales   Les Abbayes   Le Mont Saint Michel   Paris   Le Val de Loire   Les Châteaux de la Loire
 
Vallée de la Loire   La Touraine   Tours   Amboise   Chinon   Loches   Le Poitou   Poitou Roman   La Vienne (86)   Les Deux-Sèvres
 
Vallée de la Vienne    Vallée de l'Indre   Vallée de la Creuse     L'Indre (36)   Châteauroux   Issoudun   La Châtre   Le Blanc
 
Le Limousin      La Haute-Vienne    La Creuse    La Corrèze    Le Limousin Roman
 
L'Aquitaine    La Gironde    La Dordogne    La Vallée de la Dordogne   
 
Les Pyrénées-Atlantiques    Le Béarn          Le Pays Basque    Bayonne    Biarritz    Saint Jean de Luz
 
Espagne          Andalousie          Tolède          Galice      St Jacques de Compostelle  
 
Pays Basque  Saint Sébastien   La Navarre  Pampelune  Estella  Chemin de St Jacques  Centre-Est  Tudela
 
Castille et Leon    Leon    Burgos    Zamora    Palencia    Valladolid    Salamanque    Avila    Ségovie    Soria        Tolède
 
La Côte d'Azur   Côte d'Azur & Riviera Italienne   Menton  Monaco  Nice  Vence & Cagnes  Antibes-Juan les Pins
 
Grasse   Cannes   La Corniche de l'Estérel    Saint Tropez            La Provence Antique      Vaison la Romaine
 
L'Italie   Les Alpes Italiennes   Venise   Grand Canal de Venise   Rome   Florence   La Toscane  
 
Gènes et la Ligurie     La Riviera du Levant     La Riviera du Ponant     Les Cinque Terre     La Spezia et le Golfe des Poètes
 
Les Alpes     Les Alpes Valaisannes     Zermatt     Chamonix-Mont-Blanc           La Grèce
 
Les Etats-Unis     New-York     La Floride               L'Asie du Sud-Est    







Hotel en France     Hotel dans les Alpes     Hotel en Italie     Hotel en Europe     Hotel en Espagne    Autres Pays

Choisissez votre Hôtel dans une des principales villes touristiques d'Italie et d'Europe :
Rome  Gênes   Rapallo   Dolomites   Milan   Venise   Toscane   Florence   Sienne   Bologne   Naples   Sicile
Paris   Nice   Londres   Edimbourg   Barcelone   Madrid   Malaga   Amsterdam   Bruxelles   Berlin   Munich   Prague