Votre Hotel : France   Paris IdF   Provence-Cote d'Azur   Val de Loire Atlantique
Aquitaine   Pyrénées-Languedoc   Bretagne   Normandie   Les Alpes
Charente-Maritime  La Rochelle  Ile de Ré   Châtelaillon   Surgères   St Jean d'Angély  
Rochefort   Ile d'Oléron   Royan   Saintes   Pons   Charente   Angoulême   Cognac     
 
Poitiers   Niort   Parthenay   La Roche s/Yon   Les Sables d'Olonne   Bordeaux   Arcachon

Saintes

Votre Hôtel :  Charente-Maritime   La Rochelle   Ile de Ré    Rochefort   Ile d'Oléron    Saintes   Royan  
 
Vous etes ICI : Accueil > France > Charentes > Saintes 
 
Saintes est une ville du département de la Charente-Maritime située à environ 70 kilomètres au Sud-Est de La Rochelle et à un peu moins de 100 kilomètres au Nord de Bordeaux. Elle est située sur les bords de la Charente (principalement sur la rive gauche) et c'est l'ancienne capitale de la Saintonge qui se retrouve en majeure partie dans le département de la Charente-Martime. Saintes est maintenant une sous préfecture de ce département.
 
Cathédrale Saint Pierre de Saintes
 
La ville de Saintes a un passé historique prestigieux. Elle apparait au début du Ier siècle avec le nom de Mediolanum Santonum comme étant la première capitale de la Province d'Aquitaine définie par l'Empereur Auguste.
Mediolanum est alors doté d'un ensemble de monuments remarquables dont plusieurs subsistent, en particulier l'Amphithéâtre et l'Arc de Germanicus.
 
Au Moyen-Age la ville est une étape importante pour les pélerins se rendant à Saint Jacques de Compostelle et toute la région se couvre d'églises Romanes.
 
Ville frontière pendant la Guerre de Cent Ans, elle est à nouveau en danger pendant les Guerres de Religion car elle est un foyer important du Protestantisme.
 
La ville a connu une période de prospérité au XVIIème siècle grâce au commerce des vins et eaux-de-vie produits dans la vallée de la Charente.
 
Cathédrale Saint Pierre de Saintes
 
Mais c'est surtout au XIXème siècle que la ville a reçu les aménagements qui l'ont restructurée et modifié son apparence.
 
Ce commerce et celui des produits agricoles sont toujours présents dans l'activité économique de la ville, à celà il faut maintenant ajouter le contribution du tourisme culturel qui est devenu de plus en plus significatif.
 
La Saintonge est une des régions où l'Art Roman du Moyen-Age (XIème et XIIème siècles) s'est le mieux épanoui, cela traduit sans doute sa prospérité à cette époque.
 
Après une description de la ville un exposé historique permet de restituer son évolution à travers les siècles.
 
Ensuite la visite de Saintes s'effectue selon une trame chronologique, d'abord la période Gallo-Romaine, puis le Moyen-Age avec les églises remarquables et enfin les évolutions de la période moderne.
 
 
Description de la Ville         Histoire de Saintes           Mediolanum Santonum           Musée Lapidaire
 
Le Moyen-Age         Eglise Saint Eutrope         Abbaye aux Dames         Cathédrale Saint Pierre         Les Jacobins
 
Saintes moderne          
 

 
La Charente-Maritime             La Rochelle             Royan et la Côte de Beauté             
 
La Saintonge Romane             En savoir plus sur l'Art Roman
 


     Avec Google



Hotels des Charentes
 
Réservez votre Hotel :   Charente-Maritime   La Rochelle   Ile de Ré    Châtelaillon    Surgères    St Jean d'Angély    Rochefort   
 
Ile d'Oléron    Royan    Saintes    Pons    Charente    Angoulême    Cognac         
 
 



Description de la ville

Le coeur de la ville est le Quartier Saint-Pierre sur la rive gauche de la Charente autour de la cathédrale Saint-Pierre et plus largement entre la colline du Capitole (Hôpital) et la rivière.
 
Panorama sur Saintes avec la Charente au premier plan
Panorama sur Saintes avec la Charente au premier plan et le quartier Saint-Pierre à l'arrière-plan
 
Rue piétonne à Saintes
 
Le Quartier Saint-Pierre est pour une bonne partie constitué par des rues piétonnes, il s'étend sur l'emprise de la ville Gallo-Romaine du Bas-Empire, on y trouve la Cathédrale Saint Pierre, la Place du Marché et celle du Synode.
 
Rue piétonne à Saintes, à l'arrière-plan le clocher de la Cathédrale Saint Pierre
 
Sur le flanc Ouest de la ville se trouve le Quartier Saint-Eutrope qui est dominé par l'église Saint Eutrope, l'Amphithéâtre Gallo-Romain est à proximité.
 
Côté Nord se situe le Quartier Saint-Vivien qui était déjà occupé à l'époque Gallo-Romaine, c'est là que subsistent les ruines des Thermes de Saint-Saloine.
 
Côté Est, sur la rive droite de la Charente s'étend le Quartier Saint-Pallais, des constructions existaient sans doute le long de la voie Romaine qui arrivait au pont sur la Charente.
 
Ce quartier s'est développé d'abord au Moyen-Age comme en témoigne l'église Saint Pallais et surtout l'Abbaye aux Dames. Il a pris encore plus d'extension aux XIXème et XXème siècles avec en particulier l'implantation de la Gare des Chemins de Fer et des installations connexes.
 



Histoire de Saintes

Le site de Saintes est occupé par l'Homme depuis le Néolithique, avec l'arrivée des Celtes, le territoire est occupé par la tribu Gauloise des Santons. D'abord menacés par les projets d'Arioviste qui est vaincu par Jules César, les Santons s'intègrent ensuite dans l'Empire Romain.
 
Mediolanum Santonum (Saintes) a été fondé en 19 avant J-C par le Gouverneur des Gaules, Agrippa. Mediolanum devient la capitale de la cité des Santons puis de la Province d'Aquitaine. C'est une ville importante qui est dotée de nombreux monuments financés par l'évergétisme des grands notables locaux. Pourtant Mediolanum perd son statut de capitale de Province et le déclin commence au IIIème siècle. Les incursions Germaniques incitent les habitants à édifier un puissant rempart. Pour autant au IVème siècle le poète Ausone vante encore la qualité de la vie de la région de Saintes.
 
Dans la première moitié du Vème siècle la Province d'Aquitaine Seconde passe sous la tutelle des Wisigoths. Dès 494 les Francs font des incursions jusqu'en Saintonge
 
Les Francs conquièrent l'Aquitaine sur les Wisigoths après la victoire de Clovis à Vouillé en 507. La suite du Haut Moyen-Age est marquée par une succession d'incursions (Francs, Vikings et Sarrasins).
 
La ville fait partie des royaumes d'Aquitaine institués sous les Mérovingiens, puis sous les Carolingiens, ce derniers conduisent de nombreuses expéditions militaires pour maintenir l'Aquitaine sous leur tutelle.
 
Les IXème et Xème siècles sont une période difficile pour la Saintonge et Saintes qui subit des raids des Vikings comme en 844. Le siège épiscopal est vacant de 864 à 989 et il n'y a plus de comte à Saintes après la mort de Landri en 866.
 
La Saintonge passe sous la tutelle de Geoffroy Martel, comte d'Anjou, au début du XIème siècle. Un château-fort est édifié sur la colline du Capitole puis deux églises significatives sont mises en chantier Saint Eutrope puis l'Abbaye aux Dames.
 
Saint Eutrope devient une halte pour les pèlerins se rendant à Saint Jacques de Compostelle.
 
Au milieu du XIIème siècle, avec Henri II Plantagenêt et Aliénor d'Aquitaine Saintes et la Saintonge sont intégrés dans l'Empire Plantagenet.
 
En 1242, le roi de France Louis IX remporte la victoire de Taillebourg (21 juillet) puis celle de Saintes (22 juillet) sur le roi d'Angleterre Henri III. Saintes fait alors partie temporairement du royaume de France.
 
En 1360, le Traité de Brétigny fait repasser Saintes dans la dépendance des rois d'Angleterre et en 1361 le capitaine Anglais Jean Chandos prend possession de la ville. Le Connétable Du Guesclin la reprend pour le roi de France Charles V en 1372.
 
Saintes est reste au coeur de la lutte entre Français et Anglais pendant près de 50 ans, elle est définitivement rattachée à la France en 1404.
 
Au XVIème siècle, la cité devient un foyer Calviniste, Bernard Palissy vient d'ailleurs s'y établir. Ce contexte dait que les Guerres de Religion ont un fort impact sur la vie des habitants, certains monuments de la ville sont endommagés.
 
En 1609 le Gouverneur de Saintes fait édifier une puissante citadelle sur la colline du Capitole, mais elle est démantelée à la demande du roi Louis XIII qui ne veut pas qu'elle serve d'appui aux Protestants alors que se déroule le siège de La Rochelle.
Dans la suite du XVIIème siècle se développe une politique de Contre-Réforme, des ordres religieux catholiques s'établissent dans la ville. A la fin du XVIIème siècle, la Révocation de l'Edit de Nantes provoque l'émigration de nombreux Protestants (artisans et commerçants) qui habitaient Saintes.
 
La ville retrouve la prospérité au XVIIIème siècle grace au commerce des vins et eaux-de-vie, qui s'appuie sur le trafic fluvial sur la Charente. De nombreux travaux (constructions, aménagements) aèrent et embellissent Saintes.
 
En 1867 est ouverte la ligne de chemin de fer entre Angoulême, Saintes et Rochefort, ceci entraine la chute du commerce fluvial. En contrepartie, Saintes devient par la suite un important noeud ferroviaire avec la création d'ateliers pour la réparation des locomotives.
 





 
La Charente-Maritime

de Jean Combes et Jean-Noël Luc --- Editions Bordessoules --   ISBN: 2903504032

 
Cet ouvrage présente un tableau du passé de l'Aunis et de la Saintonge selon un plan chronologique.

 
Il fait partie de la collection Hexagone des Editions Bordessoules qui présente l'Histoire de France par départements.
 

 




 






Mediolanum Santonum (Saintes), capitale des Santons et de la Province d'Aquitaine

Mediolanum Santonum est une agglomération qui a été fondée en 19 avant J-C par le Gouverneur des Gaules, Agrippa. La ville est à l'extrémité Ouest de la Voie Agrippa provenant de Lugdunum (Lyon) et traversant le Massif Central.
 
Mediolanum devient la capitale de la cité des Santons, l'ancien diocèse de Saintes donne une bonne idée du territoire de cette cité.
 
Plan de Saintes à l'époque Gallo-Romaine
 
Jusqu'au IIème siècle elle est aussi la capitale de la Province d'Aquitaine avant de cèder cette qualité à Limonum (Poitiers) puis Burdigala (Bordeaux).
 
Saintes conserve plusieurs monuments de l'époque Gallo-Romaine, un amphithéâtre, un arc de triomphe, des vestiges des Thermes de Saint Saloine et des restes de l'aqueduc et du rempart Romain du Bas-Empire.
 
Le plan de la ville (cf dessin ci-contre) montre une organisation en damier avec beaucoup de rues se coupant à angle droit. L'ancien decumanus est maintenant la rue Victor-Hugo.
 
Plan de Mediolanum (Saintes) à l'époque Gallo-Romaine
 
 
Le rempart Gallo-Romain de Mediolanum
Un rempart a été construit à partir de la fin du IIIème siècle pendant le Bas-Empire. Ce rempart a été réalisé par le réemploi de matériaux issus de parties de la ville qui avaient été abandonnées comme le site du Forum et son voisinage ainsi que des mausolées.
 
La ville du IVème siècle et suivants occupe alors une superficie beaucoup plus réduite que celle des siècles antérieurs, elle est alors protégée par une muraille très puissante, en moyenne il faisait cinq à six mètres de hauteur sur quatre mètres d'épaisseur.
 
Il en reste quelques éléments sur la Place Aliénor d'Aquitaine et dans l'enceinte de l'Hôpital. Ce rempart a été démoli à partir du XVIIème siècle et c'est alors que les blocs ont été récupérés puis placés dans le Musée Lapidaire.
 
 
L'Amphithéâtre
Il a été commencé pendant le règne de Tibère et achevé sous le règne de Claude. Le grand axe mesurait 126 mètres, le petit 100 mètres, il pouvait accueillir plus de 12000 spectateurs. Il a longtemps été utilisé comme carrière de pierres par les habitants de Saintes.
 
L'amphithéatre de Mediolanum (Saintes)
L'amphithéatre de Mediolanum (Saintes)
 
Arc de Germanicus à Saintes
 
Arc de Germanicus
A l'origine, un arc de triomphe sert à commémorer les victoires remportées par les généraux romains, l'arc est dédié à Germanicus qui comme son nom l'indique a remporté d'importantes victoires en Germanie.
 
L'Arc de Germanicus a été édifié autour de 20 après J-C par un notable local, Caius Julius Rufus, qui a également édifié l'amphithéâtre des Trois Gaules à Lugdunum (Lyon)
 
Cet arc était initialement sur le pont sue la Charente qui débouchait sur la Voie Agrippa vers Lugdunum (Lyon). Ce monument a été déplacé dans les années 1840 et reconstruit sur la rive droite de la rivière où il est actuellement.
 
                                                                    Arc de Germanicus à Mediolanum (Saintes)
 

 
Les Voies Romaines
Plusieurs voies romaines issues de Mediolanum desservaient Limonum (Poitiers), Lugdunum (Lyon), Vesuna (Périgueux), Divona Cadurcorum (Cahors), Aginnum (Agen), Burdigala (Bordeaux).
 
La voie de Mediolanum à Lugdunum (Lyon) était appelée Voie Agrippa, on en retrouve la trace à la limite des entre les départements de la Charente et de la Charente-Maritime.
 
 
Les Thermes de Mediolanum
Restes des Thermes de Saint Saloine à Mediolanum (Saintes)
Restes des Thermes de Saint Saloine à Mediolanum (Saintes)
 
Trois établissements thermaux ont été identifiés à Saintes. Des élément des Thermes de Saint Saloine restent visibles (cf photo ci-dessus).
 
Les deux autres étaient ceux de Saint Vivien et ceux de la Place du Marché, dont les restes ont été détruits en 1976.
 
Le Douhet: conduite souterraine de l'aqueduc de Mediolanum (Saintes)
 
L'Aqueduc de Mediolanum
Ces thermes et les fontaines publiques étaient alimentés par un aqueduc dont il reste plusieurs vestiges au Nord-Est de Saintes: au Vallon des Arcs, à Vénérand et au Douhet.
 
Un double aqueduc, d'une capacité finale de 10000 m3 par jour, amenait l'eau à Mediolanum.
 
Le premier aqueduc a été réalisé au début du Ier siècle, il amenait les eaux de sources situées à Fontcouverte avec un pont-aqueduc de 400 mètres.
 
            Le Douhet: conduite souterraine de l'aqueduc de Mediolanum (Saintes)
 
La deuxième partie a été réalisée au début du IIème siècle, elle commençait aux sources du Douhet (cf photos ci-contre et ci-dessous) à une dizaine kilomètres au Nord-Est de Saintes puis était enrichie par les eaux des sources de Vénérand.
 
Le Douhet: accès à la conduite souterraine de l'aqueduc de Mediolanum (Saintes)
Le Douhet: accès à la conduite souterraine de l'aqueduc de Mediolanum (Saintes)
 
Le Théâtre de Thénac
Thénac est un village situé à 5 kilomètres au Sud de Saintes, il conserve des restes d'une agglomération Gallo-Romaine avec les vestiges d'un théâtre, de thermes et d'un temple.
 



Le Musée Lapidaire

Ce Musée est un des plus riches de France en vestiges de l'époque Gallo-Romaine. Les éléments d'architecture qui sont présentés sont issus principalement des monumuments de Mediolanum Santonum.
 
Musée Lapidaire de Saintes     Buste du Musée Lapidaire de Saintes
Salle                                                   Musée Lapidaire de Saintes                                                   Buste du début du Ier siècle                        
 
Musée Lapidaire de Saintes
 
De nombreux blocs ont été retrouvés dans le rempart construit à partir de la fin du IIIème siècle pendant le Bas-Empire.
 
Il avait été réalisé par le réemploi de matériaux issus de monuments (Forum, Temples, Basiliques, Mausolées, etc...) situés dans des parties de la ville qui avaient été abandonnées.
 
                  Musée Lapidaire de Saintes: corniches et frises
 
On voit dans le Musée des entablements avec frises et corniches (cf photos ci-contre et ci-dessus), des bases de colonnes et des chapiteaux qui appartenaient aux édifices publics édifiés à Mediolanum Santonum entre le Ier et le milieu du IIIème siècle.
 
On y trouve aussi des sculptures à caractère ornemental ou religieux et aussi des parties de colonnes, des stèles funéraires, etc.
 



Le Port de Saintes: Novioregum (Le Fâ)

Le site de Novioregum (Le Fâ) se situe sur le territoire de la commune de Barzan, près des rives de la Gironde. Il était habité dès l'époque Néolithique.
 
A l'époque Gallo-Romaine un important emporium (carrefour commercial) et un port sont établis à cet endroit qui donnait directement sur le fleuve. Il servait probablement de débouché sur l'Océan Atlantique pour Mediolanum (Saintes) qui est à une 35 kilomètres vers le Nord-Est.
 
Novioregum (Le Fâ): tracé et vestiges des Thermes
 
A son maximum, la superficie de l'agglomération, mise en évidence par des photographies aériennes, était d'environ une centaine d'hectares, elle est en cours d'exploration avec l'identification d'un forum, de rues et de villas.
 
Les vestiges de Thermes (cf photo ci-contre) et de la Cella circulaire d'un Temple (cf photo ci-dessous) y sont toujours visibles et un peu à distance un Théâtre adossé à une colline et des entrepôts sont en train dêtre dégagés. Un aqueduc a été identifié, il alimentait sans doute les fontaines de la ville.
 
Novioregum (Le Fâ): tracé et vestiges des Thermes
 
Novioregum a sans doute été abandonné pendant l'Empire Tardif, probablement en raison de l'envasement du site portuaire. Pendant de longs siècles les ruines ont servi de carrière de pierres pour les constructions du voisinage.
 
Novioregum (Le Fâ): Cella circulaire du Temple
Novioregum (Le Fâ): Cella circulaire du Temple
 






Carte de la Gaule Aquitaine au Haut-Empire
 

La Province d'Aquitaine

La nouvelle Province d'Aquitaine est beaucoup plus vaste que l'ancienne région portant ce nom. Elle s'étend de la Loire aux Pyrénées.
 
Elle incorpore toute la partie Sud de l'ancienne Gaule Celtique d'avant la conquête avec des Cités significatives comme les Arvernes, les Bituriges Cubes, les Pictons, les Lémovices, les Bituriges Vivisques, les Pétrocores, les Cadurques, ....
 
Mediolanum (Saintes) est la première capitale de la Province d'Aquitaine, c'est aussi la capitale de la Cité des Santons. Dans le courant du IIème siècle c'est au tour de Limonum (Poitiers) de devenir capitale de la Province, puis Burdigala (Bordeaux) au IIIème siècle.
 
Carte de la Gaule Aquitaine au Haut-Empire
 
Au début du IVème siècle est constitué le Diocèse de Viennoise qui comprend l'ancienne Province d'Aquitaine qui a été démembrée en trois nouvelles Provinces:
  - l'Aquitaine Première avec pour capitale Avaricum (Bourges),
  - l'Aquitaine Seconde avec Burdigala (Bordeaux),
  -la Novempopulanie avec Elusa (Eauze).
 
 


La Gaule Aquitaine
(2015) de Alain Bouet --    ISBN : 2708409883
 
L'Aquitaine romaine, limitée au nord par la Loire, au sud par les Pyrénées, à l'ouest par l'Océan et à l'est par les derniers contreforts du Massif central, est créée par Auguste quelques dizaines d'années après la conquête césarienne de l'ensemble de la Gaule chevelue.
 
Elle regroupe, entre Pyrénées et Garonne, l'aire des "vrais Aquitains" qui se définit par une forte identité ethnique et culturelle, à laquelle a été ajoutée une partie de la Celtique jusqu'à la Loire afin de créer une province identique par sa taille à celle des deux autres provinces gauloises.
 
Elle prend en compte ainsi plus de vingt cités ayant à leur tête un chef-lieu qui se dote d'une parure monumentale de qualité. L'occupation du sol y tient une place de choix et témoigne d'évolutions dès le Haut-Empire. Il s'agit d'une province riche autant que diverse : extraction minière, exploitation des carrières, productions de la mer, productions artisanales de masse la caractérisent.
 
Cet ouvrage d'Alain Bouet vient combler une lacune sur cette grande province romaine qui couvre une trentaine de nos départements actuels. Il offre une synthèse sur ce sujet rarement traité ainsi qu'une iconographie riche et en couleurs.


Guide archéologique de l'Aquitaine : De l'Aquitaine celtique à l'Aquitaine romane (VIe siècle av. J.-C. - XIe siècle ap. J.-C.)
(2015) de Jean-Pierre Bosse, François Didierjean, Louis Maurin, Jean-Michel Roddaz --    ISBN : 2910023443
 
Que reste t-il du patrimoine archéologique aquitain ? Ce guide vous invite à le découvrir.
Pour vous, les musées dévoilent leurs collections, les historiens ouvrent leurs dossiers, les archéologues découvrent leur fouille.
Les meilleurs spécialistes de l'histoire de l'Aquitaine antique vous invitent à les suivre dans leur quête du passé,... sur les routes et chemins d'Aquitaine, à travers champs et même dans les airs.
Plus de soixante sites sont minutieusement explorés, onze itinéraires terrestres et huit promenades aériennes vous permettent d'explorer les départements de votre région à la recherche de ce monde disparu, si loin dans le temps mais si présent dans notre mémoire.
Partez sans tarder avec les auteurs des Racines de l Aquitaine à la redécouverte de votre histoire.



Guides Archéologiques de la France

Les Guides archéologiques de la France font découvrir les vestiges des grands sites préhistoriques, antiques ou médiévaux de notre territoire et leur histoire. Ils donnent une lecture topographique de leur évolution et présentent les monuments principaux à l'aide de cartes, de plans en couleur et, le plus souvent possible, de restitutions 3D, les photographies de fouilles et d'objets viennent compléter cette documentation. Des visites des musées sont proposées ainsi que des itinéraires de découverte des quelques témoins architecturaux qui subsistent.

Paris, ville antique 2001 de Didier Busson et Nicole Alix      

Lyon antique 2012 de Armand Desbat, Hugues Savay-Guerraz, Jean-Paul Bravard, Anne Pariente      

Grenoble 1992 de Renée Colardelle       Autun antique 2002 de Alain Rebourg et Christian Goudineau      

Bibracte: une ville gauloise sur le mont Beuvray 2002 de Danièle Bertin et Jean-Paul Guillaumet      

Alba: de la cité gallo-romaine au village 1985 de Roger Lauxerois      

Marseille antique 2007 de Bruno Bizot et Xavier Delestre       Vaison-la-Romaine 2001 de Christian Goudineau      

Arles antique 2006 de Marc Heijmans, Claude Sintes, Jean-Maurice Rouquette      

Nîmes antique 2005 de Dominique Darde            Orange antique 2000 de Michel-Edouard Bellet            Ensérune 2014 de Martine Schwaller

Glanum antique 2011 de Xavier Delestre et François Salviat       Fréjus Antique 2008 de Isabelle Béraud, Chérine Gébara, Lucien Rivet      

Saintes antique 1994 de Louis Maurin         Sanxay : sanctuaire gallo-romain 2008 de Pierre Aupert, Jean Hiernard, Myriam Fincker        

Périgueux antique 1998 de Claudine Girardy-Caillat          Limoges antique 1991 de J-M Desbordes          Bavay antique 1996 de Patrick Thollard

Argentomagus: Oppidum gaulois, agglomération gallo-romaine et musée 1994 de Françoise Dumasy-Mathieu      

Le mont Bego, Vallées des Merveilles et de Fontanalba (Alpes Maritimes) 2003 de de Lumley      

Narbonne, Aude: Les monuments antiques et médiévaux, le Musée archéologique et le Musée lapidaire 1986 de Yves Solier      

Besançon antique: Ville gallo-romaine, Musée des beaux-arts et d'archéologie, Musée lapidaire 1990 de Lucien Lerat      

Corse des origines 1994 de J Cesari      

Musée archéologique Saint-Romain-en- Gal, Vienne 1996 de Jean-Claude Béal      




Saintes au Moyen-Age
Le Moyen-Age en saintonge est marqué par l'absence d'un pouvoir comtal proche. L'évêque et le chapitre de la Cathédrale sont très influents, ceci a pour conséquence que les principaux monuments qui ont été édifiés sont des églises et des monastères.
 
D'abord à l'époque Romane (XIème et XIIème siècles) avec l'église Saint Eutrope au Nord de la ville et l'Abbaye aux Dames dans le Quartier Saint Pallais.
 
Le Couvent des Jacobins est de la fin du XIIIème siècle, il a été repris au XVème. De même, la Cathédrale Saint Pierre est reconstruite en style Gothique au XVème siècle.
 



Eglise Saint Eutrope de Saintes

L'église Saint Eutrope est légèrement à l'extérieur du centre de la ville, à proximité de l'amphithéâtre Gallo-Romain.
 
Saint Eutrope est un personnage légendaire qui aurait évangélisé les Santons au IIIème siècle après J-C, il serait mort en martyr pour sa religion. Ses reliques sont vénérées et donnent lieu à l'établissement d'un sanctuaire.
 
Grégoire de Tours signale son culte à la fin du VIème siècle, des moines s'occupent de son sanctuaire. La basilique bâtie au VIème siècle par l'évêque Saint Léonce est détruite d'abord par les Sarrazins en 731 et ensuite par les Normands au IXème siècle.
 
L'église Saint Eutrope était une étape sur le pélerinage vers Saint Jacques de Compostelle.
 
Elle était très grande avec une nef dotée de collatéraux, un grand transept avec absidiole sur chaque bras, un choeur entouré par un déambulatoire donnant sur des chapelles rayonnantes.
 
La façade d'origine était en avant de l'actuelle, elle précèdait la petite place devant l'église et elle était avec un pignon encadré par une tour sur chacun des côtés (cf photos ci-contre).
 
Reconstitution de l'ancienne façade et de la nef de l'église Saint Eutrope de Saintes,
 
 
En 1803, le Préfet de Charente-Maritime constate le mauvais état de la nef, plutôt que de la réparer il fait abattre la façade et toute la nef jusqu'au transept, seul le mur Sud de cette nef subsiste sur la petite place en avant de l'édifice.
 
L'édifice actuel est donc le reste mutilé de l'édifice médiéval, la façade correspond en fait à l'ancien transept. L'église basse, le choeur, le collatéral Nord du Chevet et des sculptures restent de style Roman.
 
 
Clocher du XVème et façade correspondant à l'ancien transept                                                Eglise Saint Eutrope de Saintes                                           Clocher
 
 
En 1081, Guy-Geoffroy, comte de Poitou et duc d'Aquitaine, confie ce sanctuaire à l'Abbaye de Cluny.
 
Celle-ci fait reconstruire l'église et y établit un Prieuré qui rapidement obtient de nombreuses possessions en Saintonge.
 
Le bourg de Saint-Eutrope se développe autour du Prieuré, un peu à l'écart de la ville. Ce Prieuré a fonctionné jusqu'en 1787, il ne restait alors que 2 moines.
 
L'église comporte deux parties: l'église basse (la Crypte) et l'église haute. Elle a été édifiés sur l'emplacement d'une chapelle du VIème siècle plusieurs fois détruite puis reconstruite.
 
L'église basse
La construction commence en 1080 par l'église basse (cf photo ci-contre) en s'appuyant sur les restes de l'édifice du IXème siècle.
 
La crypte comporte un choeur voûté en berceau avec des bas-côtés, elle est dotée d'un déambulatoire avec trois absidioles.
Le transept possède aussi une absidiole sur chaque bras.
Les chapiteaux en haut des piliers portent des sculptures de feuillages et de palmes.
 
Eglise basse de Saint Eutrope
 
 
L'église Haute
Dans l'église haute actuelle il ne reste que le choeur, l'ancien transept et le mur Sud de l'ancienne nef l'édifice Roman. Par contre l'absidiole du chevet dans l'axe principal est de style Gothique de même que la façade.
 
 
L'église haute a été commencée par le choeur, juste au-dessus de la crypte (église basse) et avec le même plan. En 1096 le pape Urbain II consacre les autels avec l'évêque de Saintes, Ramnulphe. Les voûtes en demi-berceau des collatéraux du choeur ont sans doute été réalisées autour de 1100.
 
Le carré du transept comporte de puissant piliers qui supportent une coupole sur trompes, le clocher originel qui surmontait cette coupole a été détruit au moment de la Guerre de Cent Ans.
 
Les chapiteaux sculptés en haut des colonnes de l'absidiole Sud sont remarquables avec des oiseaux, des animaux, des acrobates etc.
 
Mais surtout les chapiteaux sculptés et historiés de la croisée du transept sont d'une facture exceptionnelle: Daniel dans la fosse aux lions, la Pesée des âmes, etc.
 
                                        Choeur roman et abside Gothique de l'église Saint Eutrope
 
Le choeur comporte quatre travées voûtées en berceau brisé (cf photo ci-contre), ses collatéraux sont voûtés en demi-berceau ce qui leur permet d'épauler la voûte du vaisseau central.
 
Les piliers sont accompagnés de colonnes engagées surmontées de chapiteaux sculptés représentant des animaux.
 
La croisée du transept est de la même époque, elle était surmontée par un clocher détruit pendant la Guerre de Cent Ans.
 
La nef de l'église haute permettait d'accéder au choeur de l'église haute et aussi à la crypte par des escaliers.
 
Le clocher actuel (cf photos ci-dessus) a été construit à la fin du XVème siècle, la tour est carrée et soutenue par de puissants contreforts. Elle est de style Gothique flamboyant et sa flèche s'élève à 60 mètres de hauteur. L'église a à nouveau été endommagée au moment des Guerres de Religion.
 

Eglise Saint Eutrope de Saintes avec le collatéral Nord Roman
 

Votre Hôtel à Saintes   
 



L'Abbaye aux Dames de Saintes

L'Abbaye aux Dames de Saintes est une abbaye bénédictine qui a été fondée en 1047 à l'initiative du comte d'Anjou Geoffroy Martel et de sa femme Agnès de Bourgogne, en effet à cette date le comte d'Anjou contrôlait la Saintonge. Ce monastère était réservé aux femmes. Les dons postérieurs d'Aliénor d'Aquitaine ont permis de compléter l'église à la fin du XIIème siècle en style Roman.
 
Dès le début cette abbaye a été dotée de nombreux biens en Aunis, en Saintonge, en Anjou et dans le Poitou. Les abbesses étaient issues de familles illustres, le monastère à son apogée comptait plus de 100 religieuses.
 
Les murs latéraux de la nef sont du XIème siècle ainsi qu'une partie du transept. Endommagée par les Guerres de Religion, l'abbaye est restaurée au XVIIème par les abbesses Françoise I de Foix et Françoise II de Foix.
 
Au moment de la Révolution Française elle est transformée en caserne jusqu'en 1924, le chevet garde les traces des bâtiments militaires qui lui ont été adossés.
 
L'église a bénéficié d'un important programme de restauration au XXème siècle, d'abord dans les années 1930 puis dans les années 1970, 1980 pour les bâtiments conventuels.
 
Façade de l'Abbaye aux Dames de Saintes   Chevet de l'Abbaye aux Dames de Saintes
Façade                                                   Abbaye aux Dames de Saintes                                                   Chevet
 
La façade et le portail
La façade (cf photo ci-dessus à gauche) est à trois niveaux avec deux registres tripartites et le fronton qui a été reconstruit au XVIème siècle.
 
Le registre du bas a une ornementation riche, les voussures du portail et les arcatures latérales (cf photo ci-contre et ci-dessous) portent de nombreuses et belles sculptures (L'Agneau de l'Apocalypse et le Tétramorphe, le Massacre des Innocents, les Vieillards de l'Apocalypse jouant de la harpe ou de la viole (cf photo ci-dessous), etc). Les chapiteaux sont également sculptés avec des thèmes historiés (cf photo ci-dessous à droite).
 
Sculptures des Vieillards de l'Apocalypse sur une voussure du portail de la façade de l'Abbaye aux Dames de Saintes
Sculptures des Vieillards de l'Apocalypse sur une voussure du portail de la façade de l'Abbaye aux Dames de Saintes
 
Façade de l'Abbaye aux Dames de Saintes
 
Chapiteaux sculptés du portail de la façade de l'Abbaye aux Dames de Saintes
Chapiteaux sculptés du portail de la façade de l'Abbaye aux Dames de Saintes
 
 
Portail de l'Abbaye aux Dames de Saintes
 
Le second niveau a également cette organisation tripartite, il est plus simple que celui du bas, les voussures de la baie centrale et des deux arcades aveugles sont sculptés principalement avec des motifs décoratifs.
 
Sculptures d'une voussure du portail de la façade de l'Abbaye aux Dames de Saintes
Sculptures d'une voussure du portail de la façade de l'Abbaye aux Dames de Saintes
 
Intérieur de la nef de l'Abbaye aux Dames de Saintes  Choeur et abside de l'Abbaye aux Dames de Saintes
Nef et croisée du transept                                    Intérieur de de l'Abbaye aux Dames de Saintes                               Choeur et abside
 
L'abside est en hémicycle et voûtée en cul-de-four (cf photo ci-dessus à droite). Le choeur est allongé et de style Roman, il a une voûte en berceau brisé.
 
Le transept a été modifié comme le montre les croisées d'ogives des bras du transept. L'absidiole du bras Sud a disparu et celle du bras Nord est remplacée par une une chapelle Gothique du XVème siècle avec deux travées et comportant les armes de l'abbesse Anne de Rohan (1484-1513).
 
La croisée du transept s'appuie sur quatre gros piliers (cf photo ci-dessus à gauche), elle est surmontée d'une coupole sur trompes.
 
La nef (cf photo ci-dessous pour l'extérieur) comporte deux travées, elle comportait des bas-côtés à l'origine qui ont été supprimés postérieurement, les piliers sont du XIIème. Un incendie en 1648 a détruit les coupoles sur pendentifs de la nef, elles ont alors été remplacées par un plafond en bois.
 
La décoration intérieure se caractérise par des chapiteaux décorés par des sculptures de feuillages et de palmettes.
 
 
Vue du côté Sud de l'Abbaye aux Dames de Saintes avec à droite les bâtiments conventuels
Vue du côté Sud de l'Abbaye aux Dames de Saintes avec à droite les bâtiments conventuels
 
 
Le clocher (cf photos ci-contre) s'élève au-dessus de la croisée du transept avec à sa base une souche aveugle.
 
Le premier étage est carré avec trois arcades aveugles et en plein cintre sur chaque côté, en haut se trouve une corniche à modillons moulurés.
 
Il est surmonté d'une rotonde avec douze baies géminées en plein cintre séparées par des colonnes. La transition entre le carré et la forme circulaire est marquée par quatre pinacles aux angles du carré, ils sont surmontés d'un cône avec écailles de pierre.
 
Aux deux étages ce clocher est décoré avec plusieurs chapiteaux sculptés avec des sujets historiés: visite des Saintes Femmes au tombeau du Christ, etc.
 
La toiture est conique, légèrement renflée et la flèche est recouverte d'écailles de pierre.
 
Ce type de clocher est assez fréquent en Poitou et en Angoumois
 
Clocher de l'Abbaye aux Dames de Saintes
 
Les bâtiments conventuels (cf photo ci-dessus) se composent d'un corps de logis du XVIIème siècle avec deux étages surmontés par des combles, le portail est de cette époque.
 
L'ancien réfectoire est une salle voûtée d'arêtes et réalisée en 1664.
 
Accolées au bras Sud du transept, il subsiste trois travées de l'ancien cloitre du XIVème siècle dû à l'abbesse Agnès II de Rochechouart.
 









Principes et éléments de l'architecture religieuse médiévale
  de  Michel Henry-Claude, Laurence Stefanon, Yannick Zaballos, Sylvie Fournier -- ISBN: 2910685403










L'Architecture Gothique   de Alain Erlande-Brandenburg - ISBN: 2877475786



Architecture Romane, architecture Gothique   Alain Erlande-Brandenburg   -- ISBN: 2877476820



Memento Gisserot d'Architecture Gothique-- ISBN: 2877477606



Memento Gisserot des Cathedrales Eglises et Abbayes-- ISBN: 2877477622




La Cathédrale Saint Pierre

La première cathédrale édifiée à Saintes remonte au Vème siècle à l'initiative de l'évêque d'alors, Saint Vivien. Elle est victime d'un incendie en 1026 et sa reconstruction est amorcée dans la première partie du XIIème siècle par l'évêque Pierre de Confolens, il n'en reste que la coupole Romane sur pendentifs du bras Sud du transept.
 
Plus tard la cathédrale est à nouveau endommagée pendant la Guerre de Cent Ans et surtout les Guerres de Religion, à chaque fois elle est reconstruite. Par contre elle a traversé la Révolution Française sans encombre.
 
Cathédrale Saint Pierre de Saintes
 
L'édifice actuel fait près de 100 mètres de longueur, il est sur un terrain inondable et son chevet repose sur des pieux en chêne.
 
Le cloitre et des bâtiments monastiques sont réalisés aux XIIIème et XIVème siècles.
 
Au milieu du XVème siècle la cathédrale est reconstruite en style Gothique flamboyant à l'initiative de l'évêque Guy de Rochechouart et de deux autres évêques de cette famille.
 
Cathédrale Saint Pierre de Saintes
 
En 1568, pendant les Guerres de Religion, les Protestants qui sont maîtres de la ville endommagent une bonne partie de l'édifice.
 
L'église est restaurée à partir de 1585 en commençant par la nef, le choeur l'est au milieu du XVIIème siècle et les voûtes sont achevées à la fin du XVIIIème siècle.
 
Le clocher et la façade
Le clocher a une allure massive, il est du XVème siècle, il a été élevé sur les assises de la construction Romane et possède de puissants contreforts d'angles surmontés par de nombreux et imposants pinacles.
 
Il comporte six niveaux se rétrécissant à chaque étage, le portail est en bas. La baie du premier étage est grande avec un remplage Gothique. Le deuxième étage possède deux baies géminées et hautes, tandis que les trois baies du troisième étage ont des arcs en plein cintre. Le quatrième étage est occupé par l'horloge.
 
Une plate-forme à la base du cinquième étage sert de support à la partie terminale du clocher qui est hexagonal et sur deux niveaux et surmonté par un dôme métallique à 65 mètres de hauteur. Initialement il avait été prévu d'y implanter une flèche mais celle-ci n'a jamais été réalisée.
 
Clocher et façade de la cathédrale Saint Pierre de Saintes         Portail de la cathédrale Saint Pierre de Saintes
Clocher et façade                                                   Cathédrale Saint Pierre de Saintes                                                   Portail                        
 
Le portail
Le portail comporte quatre voussures en arcs brisés. Sur la première voussure huit anges, qui jouent avec des instruments de musique, célèbrent la louange de Dieu. La seconde porte dix sculptures représentant des Saints, des Papes ou des évêques. La troisième possède douze statues de Saints et la quatrième a des statues de saints et de prophètes de l'Ancien Testament.
 
Les niches des piédroits du portail sont restées vides depuis la destruction des statues pendant les Guerres de Religion. Nef de la cathédrale Saint Pierre de Saintes
 
Nef, transept et choeur
La construction du XVème siècle était plus haute que l'actuelle, mais en 1568 les Protestants ont fait s'écrouler la voûte et la toiture.
 
La nef actuelle est une reconstruction de la fin du XVIème siècle, elle comporte un collatéral et quatre travées.
 
Le vaisseau central est voûté par une charpente, il est divisé en deux par le transept dont les bras restent de dimension réduite. Le bras Sud est du XIIIème siècle, il est couvert par une coupole et sa baie est du XVème siècle en Gothique flamboyant. Le bras Nord a été restauré au XVIIIème siècle et possède un portail de style Classique.
 
                                            Nef et choeur de la cathédrale Saint Pierre de Saintes
 
Le choeur a été reconstruit au XVIIème siècle, il est aussi important que la nef avec ses cinq travées. Un cymborium est porté par quatre colonnes de marbre rouge. Il est entouré par un déambulatoire qui dessert quatre chapelles de style Gothique.
 
Le cloitre
Il est accolé au mur Sud de la Cathédrale avec une galerie couverte sur les côtés Ouest et Sud.
 



Les Jacobins

Ce monastère a été créé en 1292 par des Moines Dominicains (Jacobins), il a été renové au XVème siècle. L'église du monastère est une construction de 1446, il en subsite le chevet avec une grande baie avec un remplage de style Gothique flamboyant (cf photo ci-dessous à droite).
Un autre reste du monastère subsiste: la Salle Capitulaire.
 
Monastère des Jacobins à Saintes     Eglise des Jacobins à Saintes
Monastère                                                   Couvent des Jacobins à Saintes                                                   Eglise                        
 
L'ensemble a été vendu comme Bien National au moment de la Révolution Française. Devenu Propriétaire dans la seconde partie du XIXème siècle, Monsieur Martineau, en a fait don à la ville en 1928.
 
Depuis 1938, le monastère est devenu la Bibliothèque Municipale puis Médiathèque François Mitterrand.
 



En savoir plus sur:     L'Art Roman       Les Cathédrales       Les Abbayes       L'Architecture religieuse Médiévale
 

Vocabulaire de l'Architecture Religieuse du Moyen-Age

La description des églises et édifices de l'architecture religieuse nécessite la connaissance d'un vocabulaire spécialisé dont les expressions ne sont pas intuitives. Pour vous aider vous pouvez vous appuyer sur cette page:
 
Vocabulaire de l'Architecture Religieuse du Moyen-Age
 

Achetez des livres sur : le Moyen-Age     les Cathédrales de France     les Abbayes de France     les Chateaux Forts
 






Saintes à l'époque moderne

Une fois passées les Guerres de Religion, a partir du XVIIème siècle la ville commence à se modifier et à se réagencer. Pour autant l'essentiel des travaux se sont déroulés dans la seconde partie du XVIIIème siècle et au XIXème.
 
Le Logis du Gouverneur à Saintes
 
Transformation de l'ancien château-fort
L'ancien château-fort se situait sur la colline du Capitole (Hôpital). C'est là que s'étaient établis les representants du roi quand la ville a été intégrée au royaume de France.
 
Ce château est transformé en citadelle en 1609, il devient le Logis du Gouverneur (cf photo ci-contre).
 
Pour l'essentiel elle a été démantelée à la demande du roi Louis XIII afin qu'elle ne serve pas de point d'appui aux Protestants pendant le siège de La Rochelle.
 
Logis du Gouverneur
 
Les Hôtels particuliers
Des hôtels particuliers sont construits à partir du XVIIème siècle comme l'Hôtel de Brémon d'Ars autour de 1600 et l'Hôtel du Présidial en 1610, puis au XVIIIème siècle comme l'Hôtel Monconseil en 1738 et la Maison Viau en 1770.
 
A la fin du XVIIIème siècle l'Intendant Guéau de Réverseau fait concevoir un plan de restructuration de la ville. La démolition des remparts Gallo-Romains et médiévaux commence ainsi que le réagencement du centre-ville.
 
Le Théâtre Gallia à Saintes
 
Les travaux sont suspendus pendant la Révolution Française.
 
Au XIXème siècle, ils reprennent et des boulevards (Cours) sont aménagés sur le tracé des anciens remparts : Cours National en 1815, puis Cours Reverseau en 1835 à l'Ouest et Cours National au Nord. Les tracés de certaines de rues sont rectifiées dans le Quartier Saint Pierre.
 
L'ancien Pont est reconstruit à la fin des années 1870 avec, pour faciliter son débouché, la création de l'avenue Gambetta sur la rive droite de la Charente.
 
Les bâtiments publics
Un peu plus tard sont réalisés plusieurs bâtiments publics marquants: d'abord le Théâtre Gallia édifié en 1852, puis le Palais de Justice (cf photo ci-dessous) qui a été construit en 1863 sur l'emplacement de l'ancien Couvent des Cordeliers, l'Hôtel de Ville qui avait été victime d'un incendie.
 
Le Théâtre Gallia est des années 1850 (Second Empire), il a une façade néo-classique (cf photo ci-contre).
 
                                                                                                      Le Théâtre Gallia
 
Conséquence de la prospérité de la production et du commerce des vins et eaux de vie de la région, les grands propriétaires viticoles se font construire de belles demeures: Château Rouyer-Guillet, Villa Musso, Hôtel Martineau, etc.
 
Le Palais de Justice de Saintes
Le Palais de Justice de Saintes
 
Pour améliorer la circulation vers le quartier Saint-Pallais qui s'est bien développé au XIXème siècle, le pont ancien est démoli et remplacé par l'actuel pont Bernard Palissy en 1879 avec dans son prolongement la réalisation de l'avenue Gambetta au bout de laquelle est implantée la Gare des Chemins de fer.
 



 
Visitez:
 
La Charente-Maritime          La Rochelle et l'Aunis          Royan et la Côte de Beauté           Saintes              La Saintonge Romane
 
L'Aquitaine             La Gironde             La Dordogne              Les Pyrénées-Atlantique            Le Pays Basque
 
 



Parcourir la Saintonge Romane

La Saintonge prise en compte ici correspond en fait au département de la Charente-Maritime, c'est à dire avec l'Aunis et l'ancienne Vicomté d'Aulnay (qui faisait jadis partie du Poitou) mais sans la région de Cognac, maintenant située dans le département de la Charente.
 
La Saintonge est une des régions où l'Art Roman (XIème et XIIème siècles) s'est le mieux épanoui, cela traduit sans doute sa prospérité à cette époque.
 
Les plus modestes villages de cette région conservent des églises remarquables de style Roman, on en dénombre plusieurs centaines ce qui n'a pas d'équivalent en France et même au-delà.
 
Eglise Romane Sainte Radegonde de Talmont sur Gironde
 
Les architectes et artistes médiévaux sont parvenus a concevoir et réaliser en Saintonge des édifices exceptionnels: ainsi l'église d'Aulnay et celle de Talmont sur Gironde sont classées au Patrimoine Mondial de l'Unesco.
 
Eglise Romane Sainte Radegonde de Talmont
 
En Aunis il faut signaler l'église de Surgères.
 
La partie Sud-Est de la Saintonge conserve de beaux édifices, ainsi à Pons, Jonzac et Montguyon par exemple.
 
Les plus grands édifices se trouvent à Saintes.
 
La plupart des autres, ceux des villages présentent un plan simple: une façade souvent tripartite qui débouche sur une nef unique suivie d'une travée surmontée par le clocher. Ensuite se trouve le choeur et une abside voûtée en cul-de-four.
 
Le portail de la façade est sans tympan mais possède bien souvent un décor sculpté, un cas spectaculaire est Fenioux.
 
Les chevets sont souvent en hémicycle avec des fenêtres étroites, quelques-uns sont originaux comme ceux de Rioux et Rétaud.
 
Ces édifices sont parfois dûs à l'initiative de seigneurs féodaux et aux nombreuses abbayes du Poitou, de la Saintonge et des régions alentour qui développaient leur réseau de Prieurés.
 
Autre facteur important, les chemins du pélerinage vers Saint Jacques de Compostelle, en effet les ressources données par les nombreux pélérins contribuent à l'édification des plus belles églises Romanes. En pratique, souvent, tous ces facteurs jouent simultanément.
 


Quelques églises Romanes de la Saintonge

En savoir plus sur la Saintonge Romane
 
L'Aunis :       Esnandes       Surgères       Vandré      
 
Nord-Est :       Aulnay       Saint Mandé sur Brédoire       Cherbonnières       Matha       Varaize      
 
Nord de Saintes :       Les Nouillers       Bignay       Fenioux       Annepont       Le Douhet
 
Saintes :       Saint Eutrope       Abbaye aux Dames      
 
Sud-Ouest de Saintes :       Chermignac       Preguillac       Berneuil       Colombiers       Retaud       Thézac       Meursac       Rioux      
 
Montpellier de Médillan       Thaims       Tesson       Gémozac       Givrezac       Champagnolles       Bois      
 
Rives de la Gironde :       Corme-Ecluse       Grézac       Cozes       Arces       Talmont       Saint Fort
 
Sud-Est de la Saintonge :       Saint Léger en Pons       Pons       Avy       Biron       Chadenac       Marignac       Mosnac       Clion       Plassac
 
Saint Dizant du Bois       Mirambeau-Petit Niort       Jonzac       Montguyon      
 



 
Chemins de l'Art Roman en Poitou-Charentes de Frédérique Barbut -   ISBN: 2737351049

 
La région Poitou-Charentes est une des régions les plus riches de France en patrimoine roman.
 
Elle offre à découvrir plus de sept cent cinquante églises et une centaine de donjons sur ses territoires chargés d'histoire, auxquels s'ajoutent les collections d'art et d'archéologie de ses musées.
 
Avec Saint-Savin-sur-Gartempe et une vingtaine d'autres églises, elle possède un ensemble de peintures murales de l'époque romane unique en France, en quantité et en qualité.
 
Parcourant ces chemins de l'art roman en Poitou-Charentes, les auteurs ont choisi un bouquet de sites pour offrir au lecteur comme au visiteur un aperçu de ces merveilles.
 




 


Visitez:    Abbaye du Mont St Michel     Abbaye St Germain des Prés à Paris     Abbaye Saint Père à Chartres    
 
Abbaye de Vézelay     Abbaye de Cluny     Abbaye de Paray le Monial     Abbaye de Charlieu    
 
Abbaye St Martin de Tours     Abbaye de Marmoutier     Abbaye St Julien de Tours     Abbaye de Cormery    
 
Collégiale de Candes     Abbaye de Vendôme     Abbaye Notre-Dame de la Couture - Le Mans
 
Eglise Notre-Dame la Grande     Abbaye de Saint-Savin     Collégiale de Chauvigny    
 
Basilique St Eutrope de Saintes     Abbaye aux Dames de Saintes     Abbaye de Lérins    

En savoir plus sur:     Les Cathédrales de France       Les Abbayes Médiévales       L'Architecture religieuse Médiévale
 
Les Eglises Romanes du Limousin
 







Guides sur le Poitou et les Charentes

Guides Gallimard :   Le Poitou-Charentes      Guides Bleus :   Poitou-Charente
 
Guides Hachette :   Vendée, Charentes et Deux-Sèvres     
 
Guides Verts (Michelin) : Poitou - Vendée - Charentes    Berry, Limousin
 
Guides Atlas :   Vendée et Pays Poitevin      Le Limousin
 
Guides du Routard : Poitou - Charentes      Poitou-Charentes - Vendée     
 
Guides Petit Futé : Poitou-Charente - Vendée      Poitiers      Niort
 
D'autres livres sur le Val de Loire et le Centre      Cartes sur les régions de France
 

Cartes du Poitou et des Charentes

Régionales  
IGN :   Poitiers - Loches    Nantes - La Roche sur Yon    La Rochelle - Royan    Aquitaine touristique
 
Michelin :   Poitou-Charentes    Aquitaine    Auvergne - Limousin    Atlas Michelin: Poitou-Charentes
 
Départementales  
IGN : Vienne    Haute-Vienne    Deux-Sèvres    Charente    Charente-Maritime
 
Michelin : Deux-Sèvres - Vienne    Charente - Charente-Maritime    Creuse - Haute-Vienne
 
Séries Bleue et Randonnée IGNThouars   Loudun   Parthenay   Bressuire   Niort   La Roche-sur-Yon   Poitou-Charentes - Vendée
 
  Autres Cartes Série Bleue IGN       Autres Cartes Série Top 25 IGN
 
Cartes Promenades IGN :    Poitiers - Loches    Thouars - Puy Notre Dame    Cholet - Niort    Niort - Angoulême   
 



Vous pouvez acheter des livres sur   le Poitou, l' Anjou, le Blésois-Sologne, Paris, le Val de Loire, la Touraine , le Maine, le Pays Chartrain, l' Orléanais-Berry, les Charentes, et la Bretagne ainsi que des ouvrages plus spécialisés sur l'Histoire de France et les Chateaux de la Loire.
Documentez vous sur le Moyen-Age, les Chateaux-forts, les Cathédrales et les Abbayes.
 
Vous pouvez aussi acquérir des Cartes Routières et des Guides Touristiques. Pour vous distraire voici les Abums Tintin et les Albums Astérix. L'accés à la Librairie de FranceBalade se trouve en bas de page.
 



Découvrir :
 
La France   Histoire de France   La Gaule   Gallo-Romains   Moyen-Age   Les Cathédrales   L'Art Roman   Abbayes   Mont Saint Michel
 

Paris   Versailles   Le Val de Loire   Les Châteaux de la Loire     Eure et Loir   Chartres   Chateaudun   Loiret   Orléans   Beaugency  
 
Vallée de la Loire   La Touraine   Tours   Amboise   Chenonceau   Azay le Rideau   Chinon   Loches   Blois   Chambord   Vendome  
 
La Sarthe   Le Mans      L'Anjou   Angers   Saumur   Le Saumurois   Fontevraud   Candes et Montsoreau
 
Le Poitou   Poitiers   La Vienne (86)   Les Deux-Sèvres       Le Poitou Roman   La Saintonge Romane   L'Angoumois Roman
 
Les Charentes    La Charente-Maritime   La Rochelle   Royan   Saintes      La Charente   Angoulême   La Rochefoucauld   Confolens
 
Vallée de la Vienne    Vallée de l'Indre   Le Berry  Le Cher(18)  Bourges   L'Indre (36)  Châteauroux Issoudun La Châtre Le Blanc
 
Vallée de la Creuse   Limousin  Haute-Vienne Creuse Corrèze Limousin Roman   Auvergne  Allier Puy de Dôme Cantal Haute-Loire
 
Le Midi-Pyrénées    Le Lot    Cahors     Moissac    Le Gers        L'Aquitaine    La Gironde    La Dordogne    La Vallée de la Dordogne   
 
Les Pyrénées-Atlantiques    Le Béarn          Le Pays Basque    Bayonne    Biarritz    Saint Jean de Luz
 
Espagne          Andalousie          Tolède          Galice      St Jacques de Compostelle  
 
Pays Basque  Saint Sébastien   La Navarre  Pampelune  Estella  Chemin de St Jacques  Centre-Est  Tudela
 
Castille et Leon    Leon    Burgos    Zamora    Palencia    Valladolid    Salamanque    Avila    Ségovie    Soria        Tolède
 
La Côte d'Azur   Côte d'Azur & Riviera Italienne   Menton  Monaco  Nice  Vence & Cagnes  Antibes-Juan les Pins
 
Grasse   Cannes   La Corniche de l'Estérel    Saint Tropez            La Provence Antique      Vaison la Romaine
 
L'Italie   Les Alpes Italiennes   Venise   Grand Canal de Venise   Rome   Florence   La Toscane  
 
Gènes et la Ligurie     La Riviera du Levant     La Riviera du Ponant     Les Cinque Terre     La Spezia et le Golfe des Poètes
 
Les Alpes     Les Alpes Valaisannes     Zermatt     Chamonix-Mont-Blanc           La Grèce
 
Les Etats-Unis     New-York     La Floride               L'Asie du Sud-Est    


     Avec Google


Guides Pédestres du Poitou et des régions alentour

Poitiers et ses environs à pied

Promenades dans la nature en Charente-Maritime

Charente Limousine - Tour de la Mandragore      La Charente à pied

La Charente-Maritime et ses îles GR 360      Le pays de Limoges à pied




 
Choisissez votre Hôtel dans une des principales villes de France :
 
Paris  Cannes  Nice  Chamonix-Mont-Blanc  Lyon  Bordeaux  Marseille  Toulouse  Lille  Biarritz  Strasbourg  Honfleur  Saint Malo 
Montpellier  Cap d'Agde  Carcassonne  Sainte-Maxime  Val Thorens  Avignon  Tignes  Aix-en-Provence  Colmar  Saint-Jean-de-Luz 
Grimaud  Les Deux Alpes  Lourdes  Arles  Mandelieu La Napoule  Fréjus  Porto-Vecchio  Antibes  Les Menuires  Dijon  Méribel 
 
 Votre Hotel en France            Votre Hotel en Italie            Votre Hotel en Espagne