Votre Hotel : France   Paris IdF   Provence-Cote d'Azur   Val de Loire Atlantique
Aquitaine   Pyrénées-Languedoc   Bretagne   Normandie   Les Alpes
Europe   Royaume-Uni   Allemagne   Benelux   Italie   Espagne Portugal   Grèce  
 
Chartres   Orléans   Blois   Amboise   Tours   Chinon   Saumur   Angers   Nantes   Le Mans

La Touraine Gallo-Romaine

Vous etes ICI : Accueil > France > Val de Loire > Tours > Histoire de Tours > La Touraine Gallo-Romaine
 
Votre Hôtel :  Indre et Loire   Amboise    Tours    Saint Avertin    Joué les Tours       Chambray les Tours
Montbazon    Langeais    Azay le Rideau    Bourgueil    Chinon    Loches   
 
Tours et la Touraine ont été transformés à la suite de la conquête des Gaules au Ier siècle avant J-C par les Romains.
 
Les premiers habitants bien connus de la Gaule sont les Celtes à partir du VIème siècle avant J-C. Ils s'établissent dans les vallées des fleuves et en particulier le long du cours de la Loire. La tribu Celte qui occupait la région autour de la ville actuelle de Tours étaient les Turons, ils occupaient à peu près l'actuelle Touraine (Indre & Loire).
 
Au milieu du premier siècle avant J-C, Rome poursuit le développement de son Empire. Les Armées Romaines de Jules César font la conquête de la Gaule.
C'est au premier siècle après J-C qu'apparait la ville de Caesarodunum. Elle possède des Thermes, des Temples et un Amphithéâtre. Un réseau de Voies Romaines mettent la ville en relation avec les autres agglomérations de la région.
 
Les troubles de la fin du IIIème siècle entrainent la construction d'une enceinte autour d'une ville réduite. Au même moment un fort est construit à Larcay permettant de surveiller toute l'étendue du confluent de la Loire et du Cher.
 
Les Remparts Gallo-Romains de Tours
 
La Touraine conserve plusieurs vestiges de l'époque Gallo-Romaine, d'abord à Fondettes, Luynes et Cinq-Mars, mais aussi à Thésée dans la vallée du Cher.
 
Celtes et Turons    Conquête par Rome    Histoire de la Touraine Gallo-Romaine    Voies Romaines   
 
Caesarodunum    Amphithéâtre    Enceinte de l'Empire Tardif
 
Larçay    Fondettes    Luynes    Cinq-Mars    Thésée
 

 
 
Tours    Tours Centre    Saint Martin    Abbaye Saint Martin    Tours: Quartier Plumereau    Tours: la Cité
 
Cathédrale de Tours    Tours Gallo-Romain    Tours: Quartier Colbert    Abbaye Saint Julien   
 
Tours-Nord      La Touraine      Histoire de Tours et de la Touraine      Saint Martin     
 

 
 
En savoir plus sur : Le Val de Loire Gallo-Romain     La Provence Antique      Vaison la Romaine
 
Visitez :       Les Châteaux de la Loire          Le Val de Loire          Tours          La Touraine
 

 
Achetez des livres sur les Gallo-Romains et la Cartographie Archéologique de la Gaule.
 
la Rome Antique, la Civilisation Romaine, la Provence - Cote d'Azur.
 


Réservez votre Hotel :   Val de Loire et Cote Atlantique    Chartres   Orléans   Blois   Amboise   Tours   Chinon   Saumur   Angers   Nantes   Le Mans   Rennes  La Baule   Les Sables d'Olonne   La Rochelle   Royan   Bordeaux


     Avec Google


La Touraine Préhistorique et Celtique

La Préhistoire

L'implantation humaine en Touraine est très ancienne, les nombreux monuments Mégalithiques (grandes pierres) qui subsistent en sont le témoignage. On trouve ainsi un Cromlech à Continvoir, un Menhir à Draché et un autre à Vaujours, près de Château la Vallière, tous les deux font près de 4 mètres de hauteur, de même que plusieurs Dolmens à Crouzilles, Cravant, Mettray (La Grotte des Fées), Neuillé Pont Pierre, Sainte-Maure, Charnizay, etc.
 
A l'époque Néolithique, le Grand-Pressigny est un centre important de taille et de polissage de silex, la production des ateliers de ce site a été exportée dans toute l'Europe Occidentale.
Des enceintes fortifiées remontant à cette époque ont été identifiées sur plusieurs promontoires de la région: La Motte près de Fondettes, les sites des châteaux de Loches et de Chinon, les Chatelliers à Amboise, etc.

Les Celtes

Les Turons arrivent dans la région à partir du VIème siècle avant J-C, ils venaient de la haute vallée du Main en Germanie. Ils s'installent de part et d'autre de la Loire.
 


La Conquête Romaine

Cela fait près d'un siècle que Rome s'est implantée dans le Sud de la Gaule (en Provence (Provincia): quand César, proconsul de celle-ci, se lance à la conquête des Gaules, régions situées plus au Nord.
 
Pendant l'hiver de l'année 57 av J-C, les Légions de Crassus s'installent le long de la Loire. Lors de l'insurrection de 52 av J-C conduite par Vercingétorix, huit mille Turons font partie de l'armée de secours qui tente en vain de délivrer Alésia. En 51 avant JC, Dumnacus le chef des Andécaves (Angevins) se soulève à son tour mais il est vaincu par les Légions de Fabius et deux Légions s'installent à demeure en Touraine (en particulier à l'Oppidum des Chatelliers à Amboise) pour surveiller l'Ouest de la Gaule. Bien plus tard en 21 après J-C, une révolte des Turons et des Andécaves, pour contester une augmentation des impôts, est conduite par Sacrovir mais elle est rapidement réprimée par Acilius Aviola. Le pays des Turons s'installe alors pour trois siècles dans la Pax Romana.
 
En savoir plus sur le Val de Loire Gallo-Romain             En savoir plus sur la Provence Antique             Vaison la Romaine
 


Histoire de la Touraine Gallo-Romaine

A l'époque Gauloise les Turons n'avaient pas de ville capitale mais des cités réparties sur le territoire, en particulier Amboise (Ambacia), Langeais (Alingavia), Esvres (Evena), et Loches (Lucca). Une cité gauloise a également été identifiée à Tours (sur le site de l'Hopital Clocheville et dans ses environs).
Peu après la conquête Romaine et la pacification du Val de Loire, entre 10 et 15 après J-C, une ville s'édifie sur une butte dominant légèrement la Loire, elle prend le nom de Caesarodunum.
Autour des années 50 après J-C, Caesarodunum est devenu une cité gallo-romaine à part entière. En 121, à l'occasion d'une tournée d'inspection en Gaule, l'Empereur Hadrien passe en Touraine. De la fin du Ier jusqu'au début du IIIème siècle la ville de Caesarodunum prend progressivement de l'importance.
 
De nombreuses Villas Romaines ont été édifiées en Touraine, on en retrouve la trace dans les noms des villes et des hameaux. Certaines villas étaient importantes comme celle de Luynes qui était alimentée en eau par un Aqueduc significatif.

Les incursions et invasions Barbares

Les troubles de la seconde partie du IIIème siècle modifient la situation, la ville de Caesarodunum se replie sur un espace réduit. Pour protèger la ville des raids de Barbares et de Bagaudes des enceintes et forteresses sont édifiées en Touraine. Ainsi sont réalisées l'enceinte de Caesarodunum et les forteresses de Larcay et de Chinon sur le site du château.
Bien sur l'activité économique de cette époque est basée sur l'agriculture avec deux composantes majeures: le blé, et à partir de la fin du IVème siècle la vigne, en plus la ville des Turons (Tours) possède déjà de nombreux commercants et artisans.
En 385, dans le cadre d'une réorganisation administrative et militaire de l'Empire Romain et plus précisément de la Gaule (dite Chevelue), Caesarodunum devient la capitale de la IIIème Lyonnaise qui couvre une bonne part de l'Ouest de la Gaule (Touraine, Anjou, Maine, Bretagne).
Début 406 se produit une nouvelle invasion de barbares (Vandales Alains, Suèves, Burgondes). Ils descendent la Loire d'Orléans à Tours, traversent le fleuve en différents endroits (surtout à Meung sur Loire) et pénètrent en Aquitaine. Les remparts semblent avoir suffi pour protèger la ville de Tours. La réapparition des Bagaudes crée des troubles pendant toute la première partie du Vème siècle. En plus les contingents mercenaires de l'Armée Romaine, composés de Barbares, n'hésitent pas à rançonner les populations.

La chute de l'Empire Romain

La cité de Tours est une des dernières de cette partie de la Gaule à rester fidèle à l'Empire Romain sous les Patrices Aegidius et Syagrius qui commandaient entre la Seine et la Loire. Les Alains s'introduirent en Touraine à titre de fédérés (alliés) de l'Empire, mais d'autres Germains s'infiltrent ensuite de force dans la région. Simultanément les Wisigoths, temporairement repoussés par Aegidius, arrivent vers 480 en conquérants à Tours. La ville passe sous leur tutelle et désormais la Loire est la frontière nord du royaume Wisigoth.
 
La victoire du roi Franc Clovis, en 507 à Vouillé, fait passer Tours et la Touraine sous la tutelle Franque.
 
En savoir plus sur Clovis et les Mérovingiens
 


 
Tours à l'époque Gallo-Romaine de Pierre Audin --    ISBN : 2842537483
 


Carte archéologique de la Gaule, numéro 37. Indre et Loire
de Michel Provost --    ISBN : 2877540022


Les Villas Gallo-Romaines
de Gérard Coulon, Ronan Seure-Le Bihan, Erwan Seure-Le Bihan --    ISBN : 2737335620


Après la conquête de Jules César, en 51 avant Jésus-Christ, les campagnes de la Gaule se couvrent de fermes (ou villas) et les champs sont activement cultivés. Quels étaient l'aspect et la taille de ces fermes antiques ? Comment les paysans labouraient-ils ? Est-il vrai qu'ils connaissaient la moissonneuse ?
Cultivait-on déjà la vigne ? Quels animaux élevaient-ils ? Où peut-on, aujourd'hui, visiter des vestiges de villas gallo-romaines ? C'est à toutes ces questions - et bien d'autres encore ! - que répond ce petit livre clair, passionnant et richement illustré.


D'autres Livres sur les Gallo-Romains


Voies Gallo-Romaines

Les Voies Gallo-Romaines

Les Romains ont réutilisé les chemins de l'époque Celtique en les aménageant selon leurs techniques de construction des Voies.
 
A l'époque Celtique puis Gallo-Romaine un chemin allait de Lyon (Lugdunum) vers l'Armorique via Bourges (Avaricum). Il rejoignait la Loire à l'emplacement du site de Tours.
La conquête Romaine amplifie le rôle de cette voie, Caesarodunum est établi comme noeud de communication où convergent plusieurs voies romaines. Un pont sur la Loire est construit entre 40 et 50 aprés J-C, prés de l'actuel Pont Wilson, il est resté en service jusqu'aux premières invasions barbares (fin du IIIème siècle).

 
A l'époque Gallo Romaine, Tours devient un carrefour relativement important au centre de la Gaule. Les principales routes joignaient Caesarodunum à Angers (Juliomagus), au Mans (Vindunum), à Chartres (Autricum), à Orléans (Genabum) via Blois, à Bourges (Avaricum) et à Poitiers.
 





Les Voies romaines en Gaule
de Gérard Coulon --    ISBN : 2877723860

Dans notre imaginaire collectif, ces routes antiques toujours rectilignes sont, comme les rues de Pompéi, revêtues de larges dalles et striées de profondes ornières creusées par le passage répété des chars. Aujourd'hui, les voies romaines nous apparaissent dans une étonnante diversité: chemins de terre, chaussées asphaltées, simples lignes de buissons, limites de parcelles ou de communes. Quand elles ont disparu, seule la photographie aérienne permet parfois de les faire revivre de façon éphémère et souvent spectaculaire sous la forme de tracés linéaires dans les champs cultivés. A travers sept chapitres consacrés notamment à la mise en place du réseau routier, à la construction des chaussées, à la signalisation, aux ouvrages d'art et aux aléas du voyage, ce livre de référence, fondé sur les découvertes les plus récentes, offre une vision suggestive de ces voies qui jouèrent un rôle essentiel dans la romanisation de la Gaule. Jamais encore un livre n'avait réuni une telle somme d'images pour ressusciter l'univers des routes romaines.

D'autres Livres sur les Gallo-Romains
 


La province romaine Gaule lyonnaise (Gallia Lugudunensis) :
du Lyonnais au Finistère


(2008) de Yann Le Bohec --    ISBN : 2878441028

                                                                                                                                                               


Les villes des Trois Gaules des origines à Néron.
Leur contexte historique, territorial et politique


(2000) de Robert Bedon --    ISBN : 2708405632

                                                                                                                                                               








Caesarodunum (Tours)

Une ancienne agglomération Gauloise a été identifiée sur le site de l'Hopital de Clocheville et dans ses environs. Peu après la conquête Romaine et la pacification du Val de Loire, entre 10 et 15 après J-C, une ville Gallo-Romaine apparait à environ un kilomètre à l'Est de la ville Gauloise. Cette nouvelle ville est installée sur une butte dominant légèrement la Loire (là où est maintenant la Cathédrale Saint Gatien), elle s'étend aussi sur le côté Ouest de cette butte. Elle prend le nom de Caesarodunum (Table de Peutinger). Le site a pour lui sa position privilégiée sur les axes de communication entre Lyon et l'Armorique (Bretagne) d'une part et entre le Sud et le Nord de la Gaule d'autre part. En outre, sa fonction est administrative, elle a pour objectif de gérer et contrôler la population Gallo-Romaine des environs (les Turons). Sa surface initiale est relativement importante, de l'ordre de 50 ha, elle est aménagée selon les habitudes Romaines: rues à angles droits, deux axes principaux: Cardo) et Decumanus.
 
Autour des années 50 après J-C, Caesarodunum est devenue une ville à part entière. Un pont a été identifié légèrement à l'Est de l'actuel pont Wilson. Le Cardo (axe nord-sud) de la ville était relativement proche de l'actuelle rue Nationale. Le second axe (est-ouest), le Decumanus était sans doute la rue de la Scellerie.
Des monuments, des Thermes et un Temple ont été identifiés à proximité de leur croisement. Les Thermes se situaient sur l'actuel emplacement du Lycée Descartes, le Temple était légèrement plus au nord, sur le Cardo. La ville avait d'autres Thermes, un emplacement a été reconnu prés de la Cathédrale. L'Amphithéâtre est bien identifiable, juste derrière cette même Cathédrale, il a été réalisé en deux temps et sa dimension était considérable puisqu'en son état maximum, il pouvait accueillir 35000 personnes.
 
Des habitations étaient implantées le long de la Loire et dans l'axe formé par les rues Blanqui, Colbert et du Commerce, à l'extrémité de celui-ci, prés de Saint Pierre le Puellier, subsiste des éléments visibles datant de cette époque. En pratique on a retrouvé de nombreuses traces d'édifices ou d'habitations Gallo-Romaines sur la zone s'étendant au Nord de l'axe Heurteloup-Béranger.
 
De la fin du Ier jusqu'au milieu du IIIème siècle la ville de Caesarodunum prend progressivement de l'importance, elle s'étend sur un quadrilatère d'environ 100 hectares délimité par la Loire et ce qui est actuellement la rue Mirabeau, les boulevards Heurteloup et Béranger et le Quartier Plumereau.
 
Les troubles du IIIème siècle changent complètement la perspective. C'est à cette époque, afin de protèger la ville des fréquents raids de Barbares et de Bagaudes, qu'est construite l'enceinte de Caesarodunum en utilisant les matériaux issus des anciens monuments et constructions romains. La ville se rétracte, les habitants se regroupent dans un périmètre protègé. Celui-ci reste facilement identifiable comme le montre le plan ci-dessous. Il correspond à l'actuel Quartier de la Cité. La position de la Cathédrale, du Château et de la Loire permet de bien le positionner par rapport au plan actuel. Le Cardo est alors dans l'axe du nouveau pont, le Decumanus (axe Est-Ouest) proche de la rue de la rue de la Scellerie.
 
En 385, Caesarodunum devient la capitale de la IIIème Lyonnaise qui couvre une bonne part de l'Ouest de la Gaule (Touraine, Anjou, Maine, Bretagne). C'est aussi à cette période que le nom de la ville évolue, il devient Turones civitas (Cité des Turons) puis Tours.

Les Ponts

Trois ponts ont été établis sur la Loire pendant la période Gallo-Romaine. Le pont le plus ancien est sans doute celui de Fondettes, quelques kilomètres à l'Ouest de Tours.
Le premier pont de Caesarodunum (40-50 aprés J-C) a été identifié légèrement à l'Est de l'actuel pont Wilson, la sécheresse de l'année 2003 a permis d'en observer les pieux dans la Loire. La culée de ce pont a été retrouvée lors des fouilles du parking Prosper Mérimée. Il se situait sur l'axe Nord-Sud de la ville (Cardo). Il a disparu lors des invasions barbares de la seconde moitié du IIIème siècle.
Un deuxième pont a été réalisé pendant l'Empire Tardif (IVème siècle), il se situait à l'Est du précèdent, prés de l'actuelle passerelle piètonne. II desservait la cité qui s'était repliée dans un espace protègé par une enceinte (autour du château, de la cathédrale et de l'amphithéâtre). Les pieux enfoncés dans le lit de la Loire sont toujours visibles lors des basses eaux, en été. Il participait au nouvel axe Nord-Sud (Cardo) de la ville (rue Lavoisier).

Les Thermes

La ville de Caesarodunum possèdait trois Thermes publics. Le principal établissement se situait sur l'emplacement de l'actuel Lycée Descartes. Un aqueduc souterrain devait y amener l'eau en provenance de Bléré à 25 km de distance (en fait il n'a sans doute pas été achevé car il n'a jamais franchi le Cher).
Un autre établissement thermal était localisé derrière la Cathédrale actuelle, à l'endroit où s'élève la Maison de la Justice des Bains.

Le Temple

Un Temple a été identifié lors des opérations de reconstruction aprés les bombardements de la Seconde Guerre Mondiale. Il a été exploré lors de fouilles complémentaires en 1994-1995. Il se situait prés du carrefour entre la rue Nationale et la rue Emile Zola.
La construction repose sur un nombre important de pieux (plus de 10000), elle a été réalisée autour de 40 aprés J-C. Le temple se composait d'un propylée (pronaos de 6 colonnes) peu profond et d'une cella circulaire de 30 mètres de diamètre intérieur. Certaines parties des colonnes du pronaos ont été retrouvées dans les remparts.
 


L'Amphithéâtre et l'Enceinte Gallo-Romaine

L'Amphithéatre Gallo-Romain de Tours
 

L'Amphithéâtre

La ville de Caesarodunum possèdait un vaste Amphithéâtre comme toutes les grandes villes Romaines.
 
Dans le quartier derrière la Cathédrale, l'arc de cercle formé par la rue du Général Meusnier, la rue Racine et la rue de la rue de la Bazoche permet de bien en repérer le tracé. L'axe principal de l'amphithéatre correspond à l'actuelle rue Manceau.
 
L'extrait de Google Maps présenté ci-dessous permet de bien visualiser la cité de Caesarodunum au IVème siècle. Elle reste bien marquée dans le paysage urbain.
Au centre la rue du Général Meusnier forme un arc de cercle délimitant l'ancien Amphithéâtre, celui-ci est encore mieux visible par l'agencement des maisons, pour mieux le voir cliquez sur + en haut à gauche.
 
La ligne de la muraille Gallo-Romaine part de cet amphithéâtre en direction de la rue du Petit Cupidon, juste avant celle-ci, elle remonte vers la Loire (elle est cachée par des maisons et immeubles). Pour la voir, cliquez sur - en haut à gauche, elle est visible sur l'avenue André Malraux, le long du fleuve jusqu'à la rue Lavoisier. A l'angle de l'avenue et de la rue on voit très bien l'emprise de l'ancien château de Tours. La rue Lavoisier passe devant la Cathédrale où des élements de cette muraille sont toujours présents. Ensuite la muraille rejoint l'amphithéâtre qui a d'ailleurs été une partie intégrante de cette muraille.
 
L'Amphithéatre Gallo-Romain de Tours
 

Vous pouvez vous déplacer ou zoomer ou contre-zoomer en utilisant les signes en haut à gauche
 
L'Amphithéâtre a été réalisé en deux temps, la première construction faisait 110 mètres de diamètre et pouvait contenir jusqu'à 20000 personnes. Il avait la forme d'une ellipse et son centre, faisait 58 mètres sur 46 et il comportait deux niveaux de galeries. La seconde construction porte son diamètre à 156 mètres ce qui est considérable (le Colisée à Rome fait 180 mètres de diamètre). On a identifié les huit couloirs d'accés, les Vomitoria, dont les deux principaux donnaient au Nord sur la rue Racine et au Sud sur la rue du Général Meusnier. Sous les maisons anciennes à l'intérieur de ce cercle on peut retrouver les couloirs souterrains de cet Amphithéâtre. Dans la rue Manceau on a retrouvé des éléments de couloirs et cette rue se relève quand elle passe sur les anciens gradins.
 
L'Amphithéâtre a été intégré au système défensif mis en place à la fin du IIIème siècle, il en constituait même le point fort et un fossé accentuait la protection. Pour autant il a sans doute continué à accueillir des spectacles pendant une partie de la période de l'Empire Tardif (IVème siècle).
Aucun autre amphithéatre n'a été retrouvé dans le pays des Turons, mais ceci ne justifie que partiellement sa grande capacité qui reste inexpliquée.
 


Architecture Gallo-Romaine
de Claude Wenzler et Hervé Champollion --    ISBN : 2737329558

Vaincus par César (Alésia, 52 avant Jésus-Christ), les Gaulois connaissent une profonde évolution de leur mode de vie et, à la faveur de la Pax Romana, se forgent, sur le modèle romain, une véritable civilisation. En témoignent les innombrables amphithéâtres, théâtres, temples, aqueducs, ponts et thermes qui, jusqu'aux grandes invasions barbares du IVe siècle, recouvrent le sol gaulois...
L'architecture gallo-romaine révèle un sens de l'urbanisme monumental certain et une exceptionnelle qualité : aujourd'hui encore, quelque deux mille ans après leur construction, il nous est possible d'en apprécier de très nombreux vestiges, reflet d'une société parfaitement ordonnée et entièrement tournée vers Rome.


D'autres Livres sur les Gallo-Romains
 


Histoire de Tours et de la Touraine
 
L'Epoque Gallo-Romaine     St Martin de Tours     La Touraine Mérovingienne     La Touraine Carolingienne
 
La Touraine Féodale     La Touraine Médiévale     La Renaissance     Les Temps Modernes
 
La Seconde Guerre Mondiale     Les Tourangeaux Célèbres
 





Plan de Caesarodunum

L'enceinte Gallo-Romaine (Empire Tardif)

A la fin du IIIème siècle la Paix Romaine est ébranlée. L'invasion Franque en 253 puis en 258, les troubles provoqués par les Bagaudes autour des années 270, de nouvelles incursions Franques en 276, créent une insécurité généralisée.
 
Après les premiers raids des Barbares, la ville de Caesarodunum élève des remparts pour se protèger. Ils entourent un périmètre réduit, de l'ordre de 9 hectares, qui comprend le centre administratif de la ville mais aussi des habitations et des édifices publics (amphithéâtre, thermes, ...), la longueur de l'enceinte est de 1150 mètres.
 
On note facilement l'aspect hétérogène des fondations qui montre qu'elle a été construite avec une certaine précipitation en utilisant les éléments des anciennes constructions des siècles précedents (maisons et édifices publics, temples, thermes, colonnes etc...). Par la suite, les fondations ont été consolidées et les murs bâtis selon la technique Romaine habituelle: blocage encadré d'un double parement en petit appareil avec des chaînes de briques posées à plat sur deux rangées. Le blocage est composé de moellons, galets et pierres enserrés par un mortier d'une grande solidité.
 
Le plan ci contre montre le contour de l'enceinte construite à la fin du IIIème siècle. Les murailles toujours présentes et visibles sont en noir. Les murailles disparues sont en vert avec une bordure rouge quand des éléments de l'enceinte se retrouvent dans les batiments construits au dessus d'elle.


 

La partie Nord de l'Enceinte (5)

Enceinte dans la base du Logis des Gouverneurs   Chapelle Saint Libert
Enceinte Gallo-Romaine dans la base du Logis des Gouverneurs, à l'arrière-plan la Tour de Guise                                   Chapelle Saint Libert
 
L'enceinte Gallo-Romaine s'étend le long de la Loire et elle est quasiment enterrée dans la surélévation des levées de ce fleuve, nous n'en voyons que des éléments. C'est le cas au bas du château et du Logis des Gouverneurs   (cf photo ci-dessous).
Elle comportait trois tours, en plus de celles aux extémités, et deux poternes. Près de la poterne Ouest une grande pierre sculptée de 3,2m sur 0,8m a été retrouvée, elle provenait sans doute de l'entablement d'un édifice public de Caesarodunum (elle est visible au Musée de la Société Archéologique de Touraine).
En avançant vers l'Est, on arrive à l'ancienne Chapelle Saint Libert (cf photo ci-dessus) qui date du XIVème siècle, elle a été construite sur la muraille. Elle est mentionnée dès le début du Xème siècle. Elle a été tranformée en magasin au moment de la Révolution Française. Elle est en cours de restauration
Les bâtiments à l'angle Nord-Est de la muraille ont été détruit en 1883 faisant apparaitre des vestiges de la muraille, ils ont été ensuite recouverts à nouveau.
 
Partie Est de l'Enceinte

La partie Est de l'Enceinte

La partie Est  (1) est parallèle à la rue du Port Feu Hugon et à celle du Petit Cupidon. Le long de la rue du Petit Cupidon le rempart existe toujours, il est malheureusement caché par des maisons ou immeubles.
 
A la jonction avec la rue Blanqui une petite tour carrée est bien observable. La rue Blanqui correspond à l'ancien Decumanus (voie Est-Ouest) de Caesarodunum. Une porte d'accès à la ville se situait a chaque extrémité du Decumanus, celle de la rue Blanqui est la porte Est (elle s'est ensuite appelée porte d'Orléans).
 
Au delà, plusieurs maisons s'appuyent sur l'enceinte, une cave de l'une de celles-ci conserve des fûts de colonnes décorés.
 
A l'extrémité Sud, la Tour du Petit Cupidon est assez bien préservée, elle fait l'angle avec la partie Sud de l'enceinte.

Partie Est de l'Enceinte Gallo-Romaine


La carte de Google Maps présentée au-dessus permet de bien visualiser l'ensemble du pourtour de l'enceinte.

 

La partie Sud de l'Enceinte (2) et (3)

Enceinte Gallo-Romaine de Tours: partie Sud, au centre la brèche crée par les Normands en 903
Enceinte Gallo-Romaine de Tours: partie Sud, au centre la brèche crée par les Normands en 903, à droite la Tour du Petit Cupidon
 
Une partie de la muraille Sud est bien dégagée et visible, au niveau de la Tour, elle tourne à angle droit vers la Loire. La partie Sud de l'enceinte comportait deux poternes, petites portes de dimension rédite qui permettait le passage des petites charettes. Une poterne reste visible, elle est en partie enterrée car le sol était beaucoup plus bas à cette époque et la muraille atteignait plus de 4 mètres de hauteur.
 
La suite de la muraille longe le cinéma Studio des Ursulines puis la rue du Général Meusnier où elle intègre l'Amphithéâtre. Au point le plus au Sud de l'Amphithéâtre commence la rue Rouline où jadis avait été edifiée une porte d'accès à la ville pour les personnes venant de Saint Avertin (cf photo ci-dessous).
La Porte Rouline
La Porte Rouline qui était au Sud de l'Amphithéâtre (Dessin de Gatien de Clérambault)
 
Ensuite la muraille constitue les soubassements de l'Archeveché (Musée des Beaux Arts) où elle est toujours visible dans les caves de celui-ci. La tour à l'ouest de l'édifice a été construite sur la base d'une tour de l'enceinte gallo-romaine (4), on en voit encore bien la trace dans les murs.
 
La muraille tourne alors vers la Loire, les tours de la Cathédrale ont été baties sur leur assise. Près de la Tour Nord on voit les restes du parement externe de l'enceinte Gallo-Romaine avec, en particulier des cordons de briques rouges. De même dans le Cloitre de la Psalette on retrouve les vestiges d'une tour semi-circulaire. A l'intersection avec la rue Colbert se situait sans doute une des entrées principales dans la ville (Decumanus).


Vestiges Gallo-Romains

Autres Vestiges Gallo-Romains de Caesarodunum

A coté de la Place Plumereau, au centre de Tours, on peut voir des éléments Gallo Romains (photo ci contre), outre des emplacements funéraires il y avait peut-être aussi des Thermes publics.
 
La distance (environ un kilomètre) entre ce site et les ruines des remparts de cette époque permet de situer la dimension qu'avait Caesarodunum au moment de sa plus grande ampleur (début du IIIème siècle après JC).


 


Guides Archéologiques de la France

Les Guides archéologiques de la France font découvrir les vestiges des grands sites préhistoriques, antiques ou médiévaux de notre territoire et leur histoire. Ils donnent une lecture topographique de leur évolution et présentent les monuments principaux à l'aide de cartes, de plans en couleur et, le plus souvent possible, de restitutions 3D, les photographies de fouilles et d'objets viennent compléter cette documentation. Des visites des musées sont proposées ainsi que des itinéraires de découverte des quelques témoins architecturaux qui subsistent.

Paris, ville antique 2001 de Didier Busson et Nicole Alix      

Autun antique 2002 de Alain Rebourg et Christian Goudineau      

Alba: de la cité gallo-romaine au village 1985 de Roger Lauxerois      

Vaison-la-Romaine 2001 de Christian Goudineau      

Arles antique 2006 de Marc Heijmans, Claude Sintes, Jean-Maurice Rouquette      

Nîmes antique 2005 de Dominique Darde            Orange antique 2000 de Michel-Edouard Bellet

Glanum 2000 de François Salviat       Fréjus Antique 2008 de Isabelle Béraud, Chérine Gébara, Lucien Rivet      

Sanxay : sanctuaire gallo romain 1992 de P. Aupert

Limoges antique 1991 de Jean-Michel Desbordes            Bavay antique 1996 de Patrick Thollard

Argentomagus: Oppidum gaulois, agglomération gallo-romaine et musée 1994 de Françoise Dumasy-Mathieu      

Le mont Bego, Vallées des Merveilles et de Fontanalba (Alpes Maritimes) 2003 de de Lumley      

Narbonne, Aude: Les monuments antiques et médiévaux, le Musée archéologique et le Musée lapidaire 1986 de Yves Solier      

Besançon antique: Ville gallo-romaine, Musée des beaux-arts et d'archéologie, Musée lapidaire 1990 de Lucien Lerat      

Corse des origines 1994 de J Cesari      

Musée archéologique Saint-Romain-en- Gal, Vienne 1996 de Jean-Claude Béal      



Autres sites de la Touraine Gallo-Romaine

Castellum de Larçay             Fondettes             Aqueduc de Luynes             Pile de Cinq-Mars             Entrepôt de Thésée            


Castellum de Larcay

Le village de Larcay se situe sur la rive gauche du Cher à environ 10 km au sud est de Tours.
Il est dominé par un côteau d'environ 30m de haut au sommet duquel se trouve un ancien Castellum Gallo-Romain (cf photo ci contre) destiné à défendre cette partie des Vallées du Cher et de la Loire.

Ce fort a été construit entre 275-280 au moment où les incursions des Barbares étaient les plus dévastatrices.




 

Pont de La Motte près de Fondettes

Fondettes

La photo ci dessus a été réalisée pour la Société Archéologique de Touraine en 1980. Elle laisse apparaitre, dans l'ovale noir près du Pont de la Motte, un alignement de Pieux en chêne. Ils dataient de l'époque Gallo-Romaine et étaient sans doute les piles d'un Pont Romain.

Malheureusement ces pieux ont été quasi totalement détruits en 1987 pour faciliter les éventuelles descentes de la Loire en planche à voile.





Aqueduc de Luynes

Aqueduc Gallo-Romain de Luynes
Aqueduc Gallo-Romain de Luynes
 
Aqueduc Gallo-Romain de Luynes
Au nord de Luynes, sur le plateau, subsistent les piles d'un ancien aqueduc de la période Gallo-Romaine qui desservait une grande villa situé sur les hauteurs du bourg. Bien que peu protègées, leur état de conservation est remarquable.

Les ruines d'un autre aqueduc sont visibles à Contré près de Loches.








La Pile de Cinq-Mars

La Pile de Cinq-Mars

En continuant vers Cinq Mars, au confluent de la Loire et du Cher, se trouve une Pile qui remonte à l'époque Gallo Romaine et qui est dans un remarquable état de conservation.

C'est un monument funéraire qui peut être permettait aussi d'orienter la navigation fluviale.









Entrepôt de Thésée

L'entrepôt de Thésée

Allons maintenant sur le Cher, entre Saint Aignan et Montrichard.

A Thésée subsistent les ruines d'un entrepôt Gallo Romain. Il servait de relais à la fois pour les marchandises qui empruntait la route qui longeait le Cher et aussi pour celles qui empruntait des bateaux naviguant sur le fleuve.

Le site de Thésée figure dans la Table de Peutinger avec le nom de Tasciaca.



Le Christianisme et Saint Martin

 
Dès le milieu du IIIème siècle, le christianisme est prêché en Touraine, Saint Gatien devient le premier évêque de Tours, il a laissé son nom à la Cathédrale actuelle. Saint Lidoire, évêque élu en 337 est l'organisateur du diocèse de Tours, il bénéficie pour celà des mesures favorables aux chrétiens, prises par l'Empereur Constantin au début du IVème siècle.
 
Mais le plus célèbre des Eveques est le successeur de Lidoire,Saint Martin qui devient évêque en juillet 371. Il a fondé le Monastère de Marmoutier près de Tours et après sa mort son Tombeau est devenu le centre d'un très grand pélérinage.
 
Une Basilique imposante a été rapidement élevée sur ce tombeau. Elle a été détruite à l'époque de la Révolution Francaise, car elle tombait en ruines.
 
En savoir plus sur Saint Martin
 


Hotel en Val de Loire        Hotel en Bretagne        Hotel en Normandie        Hotel en Aquitaine         Autres Hôtels


La Provence est une trés belle région qui possède de nombreux monuments de l'époque Gallo-Romaine. Une découverte de la Provence Antique est fortement recommandée avec une attention particulière sur Vaison la Romaine.



Liste des ouvrages sur la Cartographie de la Gaule par Département (ordre alphabétique)

01 L'Ain, André Buisson     
02 L'Aisne, B. Pichon     
03 L'Allier, Jacques Corrocher, M. Piboule et M. Hilaire     
04 Les Alpes de Haute-Provence, G. Bérard     
05 Les Hautes-Alpes, Isabelle Ganet     
06 Les Alpes-Maritimes (en attente)     
07 L'Ardèche, J. Dupraz et Ch. Fraisse     
08 Les Ardennes (en attente)     
09 L'Ariège, J.-M. Escudé-Quillet et C. Maissant     
10 L'Aube (en attente)     
11/1 Narbonne et le Narbonnais, Eric Dellong     
11/2 L'Aude, par Perrine Ournac, Michel Passelac et Guy Rancoule     
12 L'Aveyron (en attente)     
13/1 L'Étang de Berre, F. Gateau avec Fr. Trément et F. Verdin     
13/2 Les Alpilles et la Montagnette, F. Gateau et O. Colas     
13/3 Marseille et ses alentours, Marie-Pierre Rothé et Henri Tréziny     
13/4 Aix-en-Provence, Pays d'Aix, Val de Durance, F. Mocci et N. Nin     
13/5 Arles, Crau, Camargue, Marie-Pierre Rothé et M. Heijmans     
14 Le Calvados, Florence Delacampagne     
15 Le Cantal, Michel Provost, P. Vallat et A. Vinatié     
16 La Charente, Ch. Vernou     
17/1 La Charente-Maritime, L. Maurin     
17/2 Saintes, L. Maurin     
18 Le Cher, Michel Provost, J.-Fr. Chevrot et J. Troadec     
19 La Corrèze, Guy Lintz     
20 La Corse (en attente)     
21/1 La Côte d'Or: Alésia     
21/2 La Côte d'Or: Allerey-Normier     
21/3 La Côte d'Or: de Nuits-Saint-Georges à Voulaines-les-Templiers     
22 Les Côtes d'Armor, Catherine Bizien-Jaglin, Patrick Galliou et Hervé Kerébel     
23 La Creuse, Dominique Dussot     
24 La Dordogne, Hervé Gaillard     
25-90 Doubs-Territoire de Belfort, L. Joan     
26 La Drôme (en attente)     
27 L'Eure, D. Cliquet     
28 L'Eure-et-Loir, A. Ollagnier, D. Joly     
29 Le Finistère, P. Galliou     
30/1 Nîmes, J.-L. Fiches et A. Veyrac     
30/2 Le Gard, Michel Provost     
30/3 Le Gard, Michel Provost     
31/1 La Haute Garonne (hormis le Comminges et Toulouse), Julie Massendari     
31/2 Le Comminges (Haute-Garonne), Robert Sablayrolles, Argitxu Beyrie et Jean Leclant     
32 Le Gers, J. Lapart et C. Petit     
33/1 La Gironde, H. Sion     
34/1 Le Lodévois, L. Schneider et D. Garcia     
34/2 Agde et le Bassin de Thau, M. Lugand, I. Bermond     
34/3 Le Montpelliérais     
35 L'Ille-et-Vilaine, Alain Provost, G. Leroux     
36 L'Indre, Michel Provost, G. Coulon et J. Holmgren     
37 L'Indre-et-Loire, Michel Provost     
38/1 L'Isère, A. Pelletier     
39 Le Jura, M.-P. Rothé     
40 Les Landes     
41 Le Loir-et-Cher, Michel Provost     
42 La Loire, M.-O. Lavendhomme     
43 La Haute-Loire, Michel Provost, B. Rémy et M.-Ch. Pin-Carré     
44 La Loire-Atlantique, Michel Provost     
45 Le Loiret, Michel Provost     
46 Le Lot, Michel Labrousse et Guy Mercadier     
47 Le Lot-et-Garonne, B. Fages     
48 La Lozère, Dominique Fabrié     
49 Le Maine-et-Loire, Michel Provost     
50 La Manche, Claude Bouhier, Daniel Levalet, Jacqueline Pilet-Lemière     
51/1 La Marne     
52/1 La Haute-Marne, J.-J. Thévenard     
52/2 Langres, M. Joly     
53 La Mayenne, J. Naveau     
54 La Meurthe et Moselle     
55 La Meuse, Franck Mourot     
56 Le Morbihan, P. Galliou     
57/1 La Moselle, Pascal Flotté et Matthieu Fuchs     
57/2 Metz, Pascal Flotté     
58 La Nièvre, Hélène Bigeard et A. Bouthier     
59 Le Nord, R. Delmaire     
60 L'Oise, Georges-Pierre Woimant     
61 L'Orne, Philippe Bernouis     
62/1 Le Pas-de-Calais, R. Delmaire     
62/2 Le Pas-de-Calais, R. Delmaire     
63/1 Clermont-Ferrand, Michel Provost et Ch. Jouannet     
63/2 Le Puy-de-Dôme, Michel Provost et Ch. Jouannet     
64 Les Pyrénées-Atlantiques, Georges Fabre, A. Lussault     
65 Les Hautes-Pyrénées, A. Lussault     
66 Les Pyrénées-Orientales, Jérôme Kotarba, Georges Castellvi et Florent Mazière     
67/1 Le Bas-Rhin, P. Flotté, M. Fuchs     
67/2 Strasbourg, J. Baudoux, P. Flotté, M. Fuchs et M.-D. Waton     
68 Le Haut-Rhin, Muriel Zehner     
69/1 Le Rhône [hors Lyon], Odile Faure-Brac     
69/2 Lyon, Anne-Catherine Le Mer et Claire Chomer     
70 La Haute-Saône, Odile Faure-Bras, Jean Leclant     
71/1 Autun, A. Rebourg     
71/2 Autun, Atlas des vestiges gallo-romains     
71/3. La Saône-et-Loire, par A. Rebourg     
71/4. La Saône-et-Loire, par A. Rebourg     
72 La Sarthe, Jean-Philippe Bouvet, G. Aubin, A. Colin, St. Deschamps et A. de Saulce     
73 La Savoie, B. Rémy, Fr. Ballet et E. Ferber     
74 La Haute-Savoie, Fr. Bertrandy, M. Chevrier, J. Serralongue     
75 Paris, D. Busson     
76/1 La Seine-Maritime, Isabelle Rogeret     
76/2 Rouen, M.-C. Lequoy et B. Guillot, J. Le Maho     
77/1 La Seine et Marne, Jean-Noël Griffisch, Danielle Magnan, Daniel Mordant     
77/2 La Seine et Marne, Jean-Noël Griffisch, Danielle Magnan, Daniel Mordant     
78 Les Yvelines, Yvan Barat     
79 Les Deux-Sèvres, J. Hiernard, D. Simon-Hiernard     
80/1 Amiens, Blaise Pichon     
81 Le Tarn, Comité départemental d'Archéologie du Tarn     
82 Le Tarn-et-Garonne, Hélène Mavéraud-Tardiveau     
83/1 Le Var, J.-P. Brun, M. Borréani     
83/2 Le Var, J.-P. Brun, M. Borréani     
84/1 Vaison-la-Romaine et ses campagnes, Michel Provost et J.-C. Meffre     
84/2 Le Luberon et Pays d'Apt, L. Tallah     
84/3 Orange et le Vaucluse rhodanien, Anaïs Roumégous     
85 La Vendée, Michel Provost     
87 La Haute-Vienne, J. Perrier     
88 Les Vosges, M. Michtlet     
89/1 L'Yonne, J.-P. Delor     
89/2 L'Yonne, J.-P. Delor     
91 L'Essonne, F. Naudet     
92 Les Hauts-de-Seine, F. Abert     
94 Val-de-Marne, F. Naudet     
95 Le Val d'Oise, M. Wabont, F. Abert et D. Vermeersch     






La Rome Antique

Forum Romain
 
Visitez les sites de la Rome Antique :
 
En savoir plus sur le Forum Romain
 
 En savoir plus sur les Forums Impériaux 
 
 En savoir plus sur l'Arc de Constantin 
 
 En savoir plus sur le Palatin 
 
 En savoir plus sur le Colisée 
 
 En savoir plus sur le Capitole 
 
 En savoir plus sur les Thermes de Rome 
 
 En savoir plus sur l'Histoire de Rome 
 
 En savoir plus sur Rome et le Christianisme 
 
Empereurs Romains: I° siècle 
 
Empereurs Romains: Antonins et Sévères 
 
Empire Romain: la crise du III° siècle
 
Trajan, les Marchés Trajan, le Forum et la Colonne Trajanne
 
l'Empereur Hadrien
 



Visitez Tours

Présentation de Tours    Visitez Tours-Centre    Cathédrale Saint Gatien    Visitez Tours-Nord    Quartier Plumereau   

Basilique Saint Martin    Tours: la Cité    Quartier Colbert    Abbaye Saint Julien    Livres sur Tours et la Touraine

Histoire de Tours et de la Touraine

Histoire de Tours   Touraine Gallo-Romaine   Saint Martin   Touraine Carolingienne   Touraine Féodale   Seigneurs de Touraine

Tourangeaux Célèbres    Chateau de Chinon

Visitez la Touraine

Visitez la Touraine   Tours   Amboise   Chateaurenault   Luynes et Cinq-Mars   Langeais   Bourgueil   Chinon   Le Pays de Chinon

Richelieu    Candes et Montsoreau    Sainte Maure    Loches    Chenonceau    Villandry    Savonnières    Azay le Rideau    Ussé   



Visitez les Chateaux de la Loire

Le Lude Saumur Boumois Brissac Montgeoffroy Montsoreau Les Réaux Montreuil-Bellay Langeais Gizeux Villandry Ussé Azay le Rideau Loches Montpoupon Talcy Blois Chambord Ménars Villesavin Cheverny Beauregard Fougères sur Bièvre Amboise Chenonceau Gué Pean St Aignan Chaumont Les Chateaux de la Loire

Cliquez sur un Chateau pour le visiter


Château d'Amboise    Château de Chenonceau    Château d'Azay le Rideau    Château de Langeais    Château d'Ussé



Découvrez le Val de Loire

Parcourez la Loire    La Loire d'Orléans à Tours    La Loire de Tours à Saumur    La Loire de Saumur à Angers   

La Vallée du Cher    La Vallée de l'Indre    La Vallée de la Vienne    La Vallée de la Creuse    La Vallée de la Claise

Vendôme   Montoire   Le Vendômois   Montrichard   Beaugency   Orléans   Le Loiret   Châteaudun   Chartres   Angers

Le Loir et Cher   Blois   Le Blésois   Histoire de Blois   Les Comtes de Blois   Livres sur Blois et le Loir et Cher




Hôtels en Touraine

Indre et Loire   Amboise    Tours    Saint Avertin    Joué les Tours       Chambray les Tours
Montbazon    Langeais    Azay le Rideau    Bourgueil    Chinon    Loches   



     Avec Google



Découvrir :
La France   L'Art Roman   Les Cathédrales   Les Abbayes   Le Mont Saint Michel   Paris   Le Val de Loire   Les Châteaux de la Loire
 
La Touraine     Le Poitou     Le Poitou Roman     Le Limousin      La Haute-Vienne    La Creuse    La Corrèze    Le Limousin Roman
 
L'Aquitaine    La Gironde    La Dordogne    La Vallée de la Dordogne   
 
Les Pyrénées-Atlantiques    Le Béarn          Le Pays Basque    Bayonne    Biarritz    Saint Jean de Luz
 
Espagne          Andalousie          Tolède          Galice      St Jacques de Compostelle  
 
Pays Basque  Saint Sébastien   La Navarre  Pampelune  Estella  Chemin de St Jacques  Centre-Est  Tudela
 
Castille et Leon    Leon    Burgos    Zamora    Palencia    Valladolid    Salamanque    Avila    Ségovie    Soria        Tolède
 
La Côte d'Azur   Côte d'Azur & Riviera Italienne   Menton  Monaco  Nice  Vence & Cagnes  Antibes-Juan les Pins
 
Grasse   Cannes   La Corniche de l'Estérel    Saint Tropez            La Provence Antique      Vaison la Romaine
 
L'Italie   Les Alpes Italiennes   Venise   Grand Canal de Venise   Rome   Florence   La Toscane  
 
Gènes et la Ligurie     La Riviera du Levant     La Riviera du Ponant     Les Cinque Terre     La Spezia et le Golfe des Poètes
 
Les Alpes     Les Alpes Valaisannes     Zermatt     Chamonix-Mont-Blanc           La Grèce
 
Les Etats-Unis     New-York     La Floride               L'Asie du Sud-Est    


Cartes Routières et Guides Touristiques

Cartes France, Europe et Monde          Guides Touristiques
 

Hotels en France

Hôtels en France       Paris Ile de France     Normandie     Bretagne     Alpes du Nord      Cote d'Azur et Provence
 
Val de Loire et Cote Atlantique      Aquitaine      Pyrénées et Languedoc  






Hotel en France     Hotel dans les Alpes     Hotel en Italie     Hotel en Espagne     Hotel en Allemagne     Hotel aux Etats-Unis     Hotel en Asie    Autres
Choisissez votre Hôtel dans une des principales villes touristiques d'Italie et d'Europe :
Rome  Gênes   Rapallo   Dolomites   Milan   Venise   Toscane   Florence   Sienne   Bologne   Naples   Sicile
Paris   Nice   Londres   Edimbourg   Barcelone   Madrid   Malaga   Amsterdam   Bruxelles   Berlin   Munich   Prague









 
haut de page